Côte d'Ivoire : Un scandale dans le recrutement à Air Côte d'Ivoire ?

Un avion de Air Côte d'Ivoire

Air Côte d'Ivoire envisage de devenir un hub du transport aérien dans la sous-région ouest-africaine. Toutefois, un postulant au recrutement de pilotes et techniciens avions vient de de mettre à nu certaines magouilles auxquelles s'adonnent la compagnie aérienne ivoirienne.

Air Côte d'Ivoire à l'abri de tout soupçon ?

Les autorités ivoiriennes envisagent de faire de la compagnie aérienne nationale une compagnie de référence dans le transport international. Aussi, le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly a-t-il récemment lancé les travaux de l'extension de l'aéroport FHB à hauteur de 42 milliards de FCFA. Le ministre ivoirien du Transport Amadou Koné a par ailleurs réceptionné un autre avion de type Airbus A320 pour renforcer la flotte nationale. Cependant, tous ces gros efforts seraient vains si tel est que la gestion de ce patrimoine ne se fait pas de façon efficiente.

Et ce, d'autant plus qu'une affaire de recrutement éclabousse la compagnie ces derniers temps. Dans un communiqué publié ce 28 décembre, les responsables d'Air Côte d'Ivoire avaient indiqué : « Face à la pénurie de ressources dans l’industrie du transport aérien en Afrique, Air Côte d’Ivoire a initié dans le cadre de son expansion, un projet de formation de pilotes et techniciens avions ivoiriens. À cet effet, un concours a été lancé en 2014 par la compagnie visant à retenir trente-cinq (35) candidats pour une formation de deux (02) ans incluant une (01) année de formation théorique ainsi qu’une (01) année de formation pratique. »

Mais un candidat malheureux à ce test de recrutement indique que ce communiqué contient des informations erronées. Ce dernier en veut pour preuve une liste de 80 candidats retenus à l’issue de la sélection faite par le CFPN, un établissement marocain initialement désigné pour assurer la formation pratique des pilotes et techniciens avions.

Et pourtant, à y voir de près, ce postulant s'est lourdement fourvoyé, car les 80 personnes dont il fait mention ne sont en réalité que des candidats admissibles aux entretiens de sélection. Et donc c'est au terme de ces entretiens que la direction de la compagnie n'a retenu que 35 candidats définitivement admis. « Admissibilité » ne veut pas dire que le candidat est d’office « admis ». À moins que le plaignant n'ait d'autres desseins inavoués.

La liste nominative des candidats admissible aux entretiens de sélection