CPI: Voici comment Gbagbo a réagi après l'appel de Fatou Bensouda

Me Emmanuel Altit et son client Laurent Gbagbo, dans le fond
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 17 septembre 2019 à 08:27 | mis à jour le 17 septembre 2019 à 08:28

Me Emmanuel Altit, avocat principal de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo dont le procès est en cours à la CPI, a réagi peu de temps après avoir pris connaissance de la décision de l’accusation de faire appel de la décision d’acquittement de son client prononcée le 15 janvier 2019.

CPI : Voici comment Emmanuel Altit et Laurent Gbagbo ont accueilli la décision de Fatou Bensouda de faire appel

Joint au téléphone par TV5 Monde, Me Emmanuel Altit a indiqué ne pas être surpris par la décision de l’accusation pilotée par Fatou Bensouda de faire appel de la décision d’acquittement de son client Laurent Gbagbo, prononcée en première instance, il y a un peu plus de 9 mois. « C’était une voie procédurale à la disposition de la procureure et elle a choisi de la suivre », a répondu l’avocat français de Laurent Gbagbo, non sans indiquer que son équipe et lui avaient déjà anticipé sur cette éventualité. « Bien entendu qu’on s’y attendait. C’était une éventualité que nous avons préparée, anticipée et bien sûr, nous sommes prêts », a-t-il fait savoir.

Le chef du Conseil de l’ancien président ivoirien, a également donné des nouvelles fraîches de son client qui réside à Bruxelles depuis sa libération sous conditions par la chambre d’appel de la CPI. À l’écouter, Laurent Gbagbo se porte bien et il attend sereinement la suite des évènements dans le cadre de son procès. « Il est serein. Il est confiant. Son innocence a été reconnue et il a été acquitté de toutes les charges qui étaient retenues contre lui. Son désir, c’est que la justice soit rendue, que la vérité soit connue. Il attend avec sérénité la suite des évènements », a confié l’avocat de Laurent Gbagbo.


Pour rappel, Fatou Bensouda a notifié, ce lundi 16 septembre 2019, aux juges de la chambre d’appel, sa décision de faire appel de l’acquittement de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé. Elle dispose désormais de 30 jours pour déposer son mémoire d’appel. Après quoi, suivront les réactions des parties sur les motifs d'appel avant que les juges de la chambre d'appel, ne se prononcent.



Facebook
Twitter
email
tel