Audience de Gbagbo-Blé Goudé à La Haye: Fatou Bensouda dit non

Procès Gbagbo-Blé Goudé : Bensouda souhaite le report de l'audience d'appel
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 13 mai 2020 à 10:04 | mis à jour le 13 mai 2020 à 10:04

Fatou Bensouda, procureure de la Cour pénale internationale (CPI), souhaite à son tour un report de l’audience en appel, dans l’affaire Laurent Gbagbo-Charles Blé Goudé, prévue du 27 au 29 prochain.

Pourquoi Bensouda plaide un autre report de l’audience en appel de Gbagbo et Blé Goudé

La requête de Fatou Bensouda a été introduite le 8 mai dernier et rendue publique quelques jours plus tard. Dans son exposé, la procureure gambienne demande non pas une annulation comme souhaité par la défense de Charles Blé Goudé, mais un report de l’audience virtuelle prévue du 27 au 29 mai prochain.

«L’accusation a de sérieuses réserves quant à la possibilité de tenir une audience significative et efficace aux dates prévues et convient qu'à ce stade, le report par la Chambre peut être la meilleure option jusqu'à ce que les problèmes soient résolus de manière satisfaisante et adéquate», souhaite Fatou Bensouda.

L'accusation assure par ailleurs s'engager à poursuivre les discussions avec le Greffe afin de voir comment résoudre au mieux les problèmes logistiques en suspens entourant la tenue de l'audience virtuelle de l'appel comme prévu du 27 au 29 mai 2020.

Ceci, pour préserver l'intégrité des procédures d'appel mais également protéger pleinement les droits de M. Gbagbo et de M. Blé Goudé, ainsi que ceux de la l'accusation et le représentant légal des victimes.

L’audience prévue les 27, 28 et 29 mai prochain, faut-il le souligner, est déterminante pour la suite du procès des deux ivoiriens acquittés des lourdes charges de crimes contre l’humanité et crimes de guerre commis lors de la crise post-électorale de 2010-2011 en Côte d’Ivoire.


Dans son mémoire d’appel déposé sur la table des juges de la chambre d’appel en octobre 2019, Mme Bensouda indique qu’elle aurait préféré la prononciation d’un "non lieu" en lieu et place d’un acquittement.

Ce qui pourrait permettre d’engager en temps voulu de nouvelles poursuites à l’encontre de l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo et de son filleul Charles Blé Goudé pour d'autres chefs d'accusation.