Soro et Mabri plaident le retour "sécurisé" de Gbagbo et Blé Goudé

Par Gary SLM
Publié le 02 avril 2021 à 01:49 | mis à jour le 02 avril 2021 à 01:49

Laurent Gbagbo et Blé Goudé Charles sont totalement et définitivement libres désormais. La Chambre d'appel de la (CPI) a débouté le bureau du procureur et confirmé l'acquittement prononcé en Première instance. C'était lors d'une audience décisive tenue à La Haye, le 31 mars 2021. Après ce verdict historique, de nombreux Ivoiriens, dont Guillaume Soro et Albert Toikeusse Mabri, plaident pour le retour en Côte d'Ivoire des deux acteurs majeurs de la scène politique ivoirienne.

Libération de Gbagbo et Blé Goudé, « opportunité d'une véritable réconciliation »

Accusés de crimes de guerre et crimes contre l’humanité, crimes commis pendant la crise postélectorale de 2010-2011, Laurent Gbagbo et Blé Goudé Charles ont comparu devant la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye, dans un procès conjoint. Ce fut un véritable marathon judiciaire, avec le passage de 82 témoins à charge.

Mais l’ancien chef d’État ivoirien et son ancien ministre de la Jeunesse ont toutefois été acquittés. C'était le 15 janvier 2019, devant la chambre de première instance de la CPI. Le juge Cuno Tarfusser ayant dans la foulée ordonné leur mise en liberté immédiate. Cependant, à la suite d’un appel interjeté par la procureure Fatou Bensouda, la Chambre d’appel a finalement libéré les deux prévenus ivoiriens sous conditions.

Rebondissement dans le procès Gbagbo et Blé Goudé à la CPI
Gbagbo et Blé Goudé vs Fatou Bensouda

Le Bureau du Procureur a par ailleurs attaqué, dans un nouvel appel, la décision d'acquittement. Faisant ainsi peser l'épée de Damoclès sur l’ex-président ivoirien et l’ancien leader des jeunes patriotes. L’audience du mercredi a toutefois sonné le glas de la procureure et sifflé la fin de ce procès. Ainsi en a décidé le juge-président Chile Esoe-Esuji et ses collègues de ladite Chambre. Car, au prononcé du verdict, les arguments soulevés par le parquet de cette justice internationale sont tous tombés.

Ce fut donc des scènes de liesse à Abidjan et dans bien de villes ivoiriennes. Les partisans de l’ancien président ivoirien ont donc laissé éclater leur joie. Quand certains proches du pouvoir ivoirien n’ont pas manqué d’exprimer leur déception. Notamment le collectif des victimes qui espère un autre procès devant la justice ivoirienne pour mieux faire entendre sa cause.

Des plaidoyers pour le retour de Gbagbo et Blé Goudé à Abidjan

De nombreux acteurs de la classe politique ivoirienne ont également réagi à cette libération. À commencer par l’ex-chef d’État Henri Konan Bédié, président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI). Guillaume Soro et Albert Toikeusse Mabri, deux anciens proches du camp Ouattara, ont, quant à eux, fait une demande implicite et disent être favorables au retour en Côte d’Ivoire du fondateur du Front populaire ivoirien (FPI) et du président du Congrès panafricain pour la justice et l’égalité des peuples (COJEP).


« Plus aucune raison objective ne peut être opposée au retour dans leur pays de ces deux fils de Côte d’Ivoire ». Ainsi a réagi l’ancien Président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire dans un communiqué.

Dans un tweet, le président de l’UDPCI et ancien membre du gouvernement ivoirien a déclaré : « C'est avec soulagement que j'ai pris acte du verdict final de la CPI dans l'affaire visant Gbagbo Laurent et Charles Blé Goudé. Cette importante décision donne l'opportunité d'une véritable réconciliation à la Côte d'Ivoire. Qui retrouvera sa vocation de pays de Paix et de la vraie fraternité. »

Puis, l'ancien dignitaire du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) ajoute : « Le Chef de l'État Alassane Ouattara, qui a déjà fait délivrer à l'ancien Président Gbagbo Laurent ses passeports, doit être au-devant de ce chantier important pour la Paix. En prenant des dispositions en vue du retour sécurisé de nos deux compatriotes dans leur pays. »






Articles les plus lus