Riposte fatale de la Minusma après la mort de quatre Casques bleus tchadiens tués vendredi 2 avril 2021 au Mali dans une attaque djihadiste contre son camp à Aguelhok. 

Les casques bleus de la Minusma  portent un coup dur aux djihadistes au Mali

La mission de l’ONU au Mali (Minusma) a fait subir un important revers aux terroristes: une quarantaine de djihadistes tués. Cette riposte intervient après la mort de quatre Casques bleus tchadiens dans l’attaque de leur camp à Aguelhok, à environ 200 km de l’Algérie. Au cours de ratissages effectués dimanche et lundi après la mort des Casques bleus tchadiens, les soldats onusiens  ont retrouvé de nouveaux cadavres. «On compte à ce jour plus de quarante terroristes tués, dont un bras droit de Iyad Ag Ghaly, du nom d’Abdallaye Ag Albaka», a rapporté M. Annadif.

« Incontestablement, les Casques bleus ont fait subir un important revers aux terroristes, même si nous déplorons la mort de quatre  membres des forces onusiennes », a déclaré à  Mahamat Saleh Annadif, représentant spécial du secrétaire général de l’ONU pour le Mali et chef de la Minusma.

Abdallaye Ag Albaka, ancien maire de la ville de Tessalit, passait pour être très proche de longue date d’Iyad Ag Ghaly et investi d’un rôle militaire éminent dans le nord. Un responsable sécuritaire onusien, s’exprimant sous le couvert de l’anonymat compte tenu de la sensibilité de telles informations, l’a placé au troisième rang de la hiérarchie du Jnim. Quatre djihadistes ont été capturés et remis aux forces maliennes, a dit ce responsable.

Une dizaine de casques bleus tués depuis janvier 

Cinq Casques bleus, dont quatre Ivoiriens, ont été tués en janvier au Mali par des engins explosifs improvisés, et une vingtaine de Togolais blessés en février dans une attaque contre leur camp, a succombé à ses blessures.

La Minusma, déployée au Mali depuis 2013 (15.000 hommes et femmes, dont environ 12.000 militaires), est actuellement la mission de paix des Nations unies qui a subi le plus de pertes au monde, avec plus de 140 tués dans des actes hostiles, selon les statistiques de l’ONU.

Deux soldats maliens ont par ailleurs été tués et « une dizaine » blessés dans une attaque commise également vendredi matin par des djihadistes présumés à Diafarabé (centre), à 350 kilomètres au nord-est de Bamako, a indiqué l’armée dans un communiqué.