Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé peuvent rentrer en Côte d’Ivoire. C’est ce qu’a affirmé Alassane Ouattara. Le chef de l’État a déclaré que son ancien adversaire à l’élection présidentielle de 2010 bénéficiera des avantages liés à son statut d’ancien président. Le gouvernement s’engage à régler les frais de transport du « Woody ». Cependant, El Hadj Mamadou Traoré, proche de Guillaume Soro, a des craintes.

Ouattara disposé à recevoir Laurent Gbagbo

Ouattara a pris acte de l’acquittement définitif de Laurent Gbagbo et de Blé Goudé. Le président ivoirien se plie à la décision de la Cour pénale internationale (CPI). Il avance que le fondateur du FPI (Front populaire ivoirien) et son ancien ministre de la Jeunesse » sont libres de renter » à Abidjan « quand ils le souhaitent ».

« Les frais de voyages de Monsieur Laurent Gbagbo, ainsi que ceux des membres de sa famille, seront pris en charge par l’État de Côte d’Ivoire », affirme l’ex-allié de Bédié.

Le patron du RHDP indique que conformément aux textes en vigueur, Laurent Gbagbo bénéficiera des avantages dus à son statut d’ancien président. Malgré cette sortie de l’époux de Dominique Ouattara,  Mamadou Traoré avertit l’opposant historique d’Houphouët-Boigny.

Gbagbo doit-il avoir peur de rentrer à Abidjan ?

Pour lui, le père de Michel Gbagbo devrait être vigilant. Il a invité le camp Gbagbo à ne pas se laisser « enivrer par cette bonne nouvelle en oubliant de cerner tous les aspects du problème ».

« Je rappelle à tous que Laurent Gbagbo et Blé Goudé ont tous les deux eu une condamnation de 20 ans », dit-il. Il rappelle qu’aucune « décision n’a été prise par le gourou du Restaurant pour faire annuler cette décision à travers une grâce présidentielle ou une amnistie. »

L’ex-directeur général de l’INFS (Institut national de formation sociale) pense que Ouattara pourrait faire du chantage à l’époux de Simone Gbagbo et l’ex-leader des jeunes patriotes. La justice ivoirienne les a condamnés à 20 ans de prison. Il demande donc une grâce présidentielle ou une amnistie à leur égard.