Covid-19 : Autotests, les Français pourront désormais s'auto-dépister

Par Dreyfus polichinelle
Publié le 12 April 2021 à 00:13 | mis à jour le 12 April 2021 à 00:13

À l'instar d'autres pays européens, la pandémie de la Covid-19 s'est lourdement abattue sur la France. Dans sa politique de lutte contre la maladie, le ministre français de la Santé a autorisé un autotest.

Olivier Véran intensifie la lutte contre la Covid-19

La question de la maladie de la Covid-19 est devenue une véritable préoccupation de santé publique en France. La seconde vague du coronavirus est d’autant plus virulente que le ministère de la Santé multiplie les initiatives. Eu égard à la propagation rapide de la maladie, les autorités françaises ont opté pour la vaccination comme solution.

Aussi, la campagne de vaccination s’étend progressivement au Français. Désormais, c’est vaccins obligatoires pour les personnes âgées d’au moins 55 ans en France. Car pour stopper l’épidémie, il faut bien utiliser les grands moyens pour réduire le nombre de cas des contaminés.

Encore faut-il que les Français connaissent, dans leur grande majorité, leur statut dans cette recrudescence de la Covid-19. C'est donc pour permettre au plus grand nombre de ses compatriotes de se faire dépister que le ministre de la Santé a autorisé la vente en pharmacie de ces autotests.

Olivier Véran autorise la vente en pharmacie d'autotests de dépistage du Covid

Invité au Journal du dimanche, Olivier Véran a signé un arrêté. Arrêté publié au Journal officiel, et qui autorise la vente en pharmacie d'autotests de dépistage du Covid-19. Il s'agit en effet de procéder à un prélèvement nasal pour les personnes asymptomatiques de plus de 15 ans.

Ils « vont être rapidement mis à disposition dans les établissements scolaires », a-t-il indiqué. Avant d'envisager "d'aller jusqu'à deux tests par semaine par élève et par enseignant". La particularité de ces tests, c'est qu'ils ne nécessitent pas la présence de professionnels de santé. Ainsi, ces autotests permettront-ils « la réalisation de tests plus fréquents ».

« On pourra se tester chez soi et, en cas de résultat positif, il faudra confirmer celui-ci par PCR. Non seulement pour vérifier s'il y a un variant, mais aussi pour conserver un outil de suivi », ajoute le ministre.

Le prix de vente de ses autotests est de 6 euros jusqu'au 15 mai, puis au-delà 5,20 euros. La vente sur internet étant par ailleurs interdite. Toutefois, ceux-ci seront délivrés gratuitement, précise Le Parisien. Il faudra cependant justifier d'être salariés à domicile intervenant auprès de personnes âgées ou en situation de handicap. Les accueillants familiaux accompagnant ces personnes sont également concernées.




Afficher les commentaires
Articles les plus lus