Depuis l'exil : Guillaume Soro appelle au pardon et à la solidarité

Par K. Richard Kouassi
Publié le 13 April 2021 à 15:07 | mis à jour le 13 April 2021 à 15:07

Guillaume Soro saisit l'occasion du début du carême musulman pour lancer un message aux Ivoiriens. L'ancien président de l'Assemblée nationale de Côte d'Ivoire a entamé un exil depuis le 23 décembre 2019. Loin de la terre de ses ancêtres, le natif de Kofiplé appelle ses compatriotes à emprunter la voie du pardon.

Le message de Guillaume Soro à ses frères musulmans

En Côte d'Ivoire, le carême musulman a commencé le mardi 13 avril 2021. A l'occasion du mois de ramadan, l'ancien Premier ministre de Laurent Gbagbo saisit "la profondeur et les portées des bienfaits de ce mois sacré". L'ex-patron de la rébellion ivoirienne souhaite que les musulmans accomplissent de commandement divin "dans des conditions excellentes de santé et de spiritualité".

En outre, l'ancien rebelle prie pour que les Ivoiriens de toutes confessions religieuses choisissent la voie du pardon et de la solidarité. Poursuivant, le fondateur de Générations et peuples solidaires (GPS) souhaite que le ramadan apporte la paix et le réconfort à la Nation ivoirienne.

Guillaume Soro a rompu les liens avec son mentor Alassane Ouattara. "Bogota" apparait aujourd'hui comme un farouche adversaire du président ivoirien. Qu'est-ce qui a divisé le chef de l'Etat et son "fils" ?

La rupture entre le "père" et le "fils"

Le président de la République de Côte d'Ivoire avait souhaité voir son "fils" Guillaume Soro rejoindre le RHDP (Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix). Mais pour l'ex-homme fort des Forces nouvelles a rejeté l'offre de l'ancien allié d'Henri Konan Bédié.

L'époux de Dominique Ouattara n'a pas digéré cet "affront" de son protégé. Guillaume Soro a préféré quitter la tête de l'hémicycle. Séparé d'Alassane Ouattara, il a dévoilé son désir de conquérir le pouvoir d'Etat.

Guillaume Soro n'a pas perdu de temps. En séjour dans l'hexagone, il a annoncé sa candidature à l'élection présidentielle de fin octobre 2020. Cependant, la candidature du chef de file des soroistes est rejetée.

La justice ivoirienne l'a condamné à 20 ans de prison ferme par la justice ivoirienne. Le pouvoir de Ouattara a également lancé un mandat d'arrêt international contre Guillaume Soro. Depuis le 23 décembre 2019, il vit en exil.




Afficher les commentaires
Articles les plus lus