Côte d'Ivoire : Les écoles privées suspendent leur mot d'ordre de grève

Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 14 April 2021 à 10:11 | mis à jour le 14 April 2021 à 10:11

En Côte d’Ivoire, les établissements scolaires du privé laïc, ont annoncé, mardi, la suspension de leur mot d'ordre de grève. L'entrée en vigueur du mot d'ordre, était prévue pour ce mercredi 14 avril 2021.

Côte d'Ivoire : Les écoles privées laïques ne fermeront pas

Il n'y aura plus de grève des écoles privées laïques de Côte d'Ivoire, comme initialement annoncé à la conférence de presse du mardi 7 avril dernier.

La Conférence des présidents des associations de fondateurs d’établissements scolaires privés laïcs et confessionnels de Côte d’Ivoire (CPAFESP), a décidé de la suspension de son mot d'ordre.

La décision du CPAFESP a été prise à l’issue d’une réunion extraordinaire tenue au siège de la Fédération nationale des établissements privés laïcs d’enseignement et de formation de Côte d’Ivoire (FENEPLACI).

Les représentants d' une dizaine d'organisations membres de la Conférence des présidents des associations de fondateurs d'établissements, expliquent avoir pris cette décision de suspension « en attendant l’issue des négociations avec les ministres de tutelle ».

C'est le lundi 19 avril prochain, que la nouvelle ministre de l'Éducation nationale et de l'alphabétisation, Mariatou Koné, a prévu de rencontrer les présidents des associations.

Mais avant, elle a salué la décision des fondateurs d'établissements privés laïcs, de suspendre leur mot d'ordre. "Je salue la décision de suspension du mot d’ordre de grève des fondateurs d’établissements scolaires privés , laïcs et confessionnels. Nous devons tous ensemble faire de la Côte d’Ivoire une puissance éducative dans un climat de paix , dans un climat de sérénité et de civisme dans nos écoles", a-t-elle déclaré.

La conférence invite toutefois « les fondateurs à rester mobilisés et à l’écoute de la conférence des présidents des associations de fondateurs d’établissements scolaires privés laïcs et confessionnels de Côte d’Ivoire».

Les principales revendications des fondateurs

Entre autres revendications soulevées par les fondateurs des établissements privés laïcs, on note le paiement intégral et immédiat des restes à payer des sommes inscrites sur le budget 2020 et sur les décisions financières de l’année scolaire 2019-2020 pour un montant total de plus de 50 milliards FCFA, avant le 13 avril 2021.

Ils demandent également « la régularisation sur le budget 2021 des gaps et autres réclamations validées des années scolaires 2018-2019 et 2019-2020 » et « la mise en adéquation du budget 2021 alloués et des montants conventionnels de prise en charge des élèves régulièrement affectés dans les établissements privés et dont la présence physique a été validée par un contrôle contradictoire ».

Faute de quoi, prévenaient-ils dans leur résolution du mardi 7 avril dernier, « les établissements privés d’enseignement et de formation se verront dans l’obligation de suspendre les cours le 14 avril à 8 heures sur toute l’étendue du territoire national, jusqu’à satisfaction totale de leur préoccupation ».




Afficher les commentaires
Articles les plus lus