École ivoirienne : À peine arrivée, Mariatou Koné désamorce une bombe

Par Dreyfus polichinelle
Publié le 14 April 2021 à 10:10 | mis à jour le 14 April 2021 à 10:10

À la suite du dernier remaniement ministériel, Mariatou Koné a hérité du ministère de l'Éducation nationale. Mais à peine arrivée au sein de ce département, celle qui a succédé à Kandia Camara connaissait une fronde. Il s'agissait de la menace de grève des fondateurs d'écoles. Mais les fondateurs ont finalement levé leur mot d'ordre de grève. Décision saluée par la nouvelle ministre chargée de l'école ivoirienne.

Mariatou Koné face à une fronde des fondateurs d'établissements

Après avoir nommé Patrick Achi en qualité de nouveau Premier ministre, Alassane Ouattara lui a enjoint de former un gouvernement. C'est ainsi que sur proposition du Chef du Gouvernement, le président ivoirien a signé le décret inhérent à ce remaniement. C'était le mardi 6 avril dernier.

Plusieurs ministres ont quitté le gouvernement, quand de nombreuses autres personnalités ont fait leur entrée dans cette équipe gouvernementale. De nombreuses mutations ont par ailleurs été observées.

Mutations en vertu desquelles Kandia Caméra est partie du ministère de l'Éducation nationale pour les Affaires étrangères. Quant à Mariatou Koné, elle a quitté le ministère de la Solidarité pour celui de l'Éducation nationale et de l'Alphabétisation. Mais avant même la passation des charges, une fronde attendait la nouvelle ministre qui a en charge l'école ivoirienne.

La Conférence des présidents des associations de fondateurs d'établissements scolaires privés laïcs et confessionnels de Côte d'Ivoire (CPAFESP) dénonçant en effet le non-paiement des frais d’écolage qui leur est dû, ont annoncé une grève. Et ce, « à partir du 14 avril... jusqu’à la satisfaction totale de leurs préoccupations ».

« Faire de la Côte d'Ivoire une puissance éducative », l'ambition de la nouvelle ministre de l'Education

Cependant, après moult tractations, les fondateurs ont finalement levé leur mot d'ordre de grève. Décision qui a somme toute fait réagir la nouvelle ministre de l'Éducation nationale et de l'Alphabétisation. « Je salue la décision de suspension du mot d’ordre de grève des fondateurs d’établissements scolaires privés, laïcs et confessionnels. »

Après cette reconnaissance, la ministre a précisé ses ambitions pour l'école ivoirienne. « Nous devons tous ensemble faire de la Côte d’Ivoire une puissance éducative dans un climat de paix », a-t-elle déclaré. Avant de requérir un climat de sérénité et de civisme dans les écoles ivoiriennes.

A noter que les fondateurs d'école réclament à l'État ivoirien « 65 milliards d'impayés de frais d'écolage pour l'année scolaire 2019-2020. 1,6 milliards au titre des passifs de l'année scolaire 2011-2012, validés après audits de KPMG. 51,4 milliards au titre des divers passifs constitués de 2001 à 2020. Soit un total de 65 milliards FCFA pris en compte sur le budget 2020. Et 53 milliards FCFA non convertis par un budget. »




Afficher les commentaires
Articles les plus lus