Poutine interdit des membres du gouvernement Biden d'entrer en Russie

Par Eugène SAHI
Publié le 16 April 2021 à 23:47 | mis à jour le 16 April 2021 à 23:47

La Russie réplique à l'expulsion de ses diplomates par Washington et annonce que plusieurs ministres du gouvernement Biden mais aussi le patron du FBI et la directrice du renseignement américain vont se voir refuser l'entrée sur le territoire russe.

Le patron du FBI et la directrice du renseignement américain persona non grata en Russie

Le ministère russe des Affaires étrangères a annoncé vendredi la décision d’interdire l'entrée sur son territoire les ministres américains de la Justice, de la Sécurité intérieure, la conseillère en politique intérieure, le patron du FBI et la directrice du renseignement.

Outre Merrick Garland, Alejandro Mayorkas, Susan Rice, Christopher Wray et Avril Haines, le ministère russe des Affaires étrangères a dit appliquer la même mesure au chef du bureau des prisons Michael Carjaval, à l'ancien conseiller de Donald Trump John Bolton et à l'ex-chef de la CIA Robert Wolsey.

Selon le ministère, ces responsables ont "participé à la mise en œuvre de la ligne antirusse" suivie par la politique américaine. Il a décidé de rendre publics les noms des personnes déclarées non gratae, une liste d'ordinaire secrète, du fait du "caractère sans précédent" des tensions provoquées par Washington.

Des conséquences du piratage du SolarWinds

Washington a annoncé jeudi des sanctions supplémentaires visant la Russie, qui impliquent notamment l'expulsion de dix diplomates russes et l'interdiction faite aux banques américaines d'acheter directement de la dette émise par ce pays après le 14 juin prochain.

La réponse de Moscou n'a pas tardé. Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a annoncé vendredi 16 avril l'expulsion prochaine de dix diplomates américains, diverses restrictions qui rendront la vie plus compliquée aux représentations américaines en Russie, ainsi que l'interdiction sur son territoire des fondations et ONG américaines qui «s'ingèrent ouvertement » dans sa politique intérieure.

Selon l’Afp, il s'agit d'une riposte à la gigantesque cyberattaque de 2020 ayant utilisé comme vecteur SolarWinds, un éditeur américain de logiciels dont un produit a été piraté pour introduire une faille chez ses utilisateurs, y compris plusieurs agences fédérales américaines. L'administration Biden accuse formellement la Russie d'être reponsable de cette attaque, comme elle l'avait déjà laissé entendre.




Afficher les commentaires
Articles les plus lus