Urbain Amoa: "La libération de Gbagbo est une invite à moins d'arrogance"

Par David Yala
Publié le 19 April 2021 à 13:26 | mis à jour le 19 April 2021 à 13:26

Le professeur Urbain Amoa a reçu, le samedi 17 avril 2021, dans son palais royal de N'Douci, une délégation de la Fondation ivoirienne pour les Droits de l'Homme et la Vie politique (FIDHOP); fondation dirigée par le docteur Boga Sako Gervais.

Urbain Amoa (Expert en Diplomatie coutumière africaine): « Qui donc peut, éternellement, prétendre être le plus puissant et le plus fort ? »

Des nouvelles du professeur Urbain Amoa? Six mois après l’élection présidentielle d’octobre 2020 qui a vu l’élection du président Alassane Ouattara à un troisième mandat, le Médiateur Indépendant Privé nous donne quelques recettes ‘’pour un monde d'éthique, de justice et d'équité qui scintillent de respect pour Soi et pour l'Autre, pour un monde chargé de bombes d'Amour et ponctué par la force du respect des lois à puissance de réciprocité’’.

Dans sa cité d'ermitage de N'Douci, à une heure et demie d’Abidjan, qu’il espère voir devenir un Village touristique et universitaire pour la recherche de la paix, Urbain Amoa multiplie les rencontres politiques et scientifiques. C’est ainsi que, recevant une délégation de la FIDHOP, le 17 avril 2021, l’ancien recteur de l’Université Charles Louis de Montesquieu, a dénoncé les maux qui minent l’Afrique et espéré une autre ère d'indépendance pour la Côte d'Ivoire, pour l'Afrique et pour le monde.

« En vous recevant en ce lieu Chargé de symboles et de mystères au coeur de mille et une spiritualités d'ici et d'ailleurs, j'exprime toute ma reconnaissance au Président, Maître Boga Sako Gervais et à son équipe pour l'intelligence et l'ingéniosité avec lesquelles vous avez parcouru et convaincu le monde de la pertinence de votre vision et de votre mission, désormais ou déjà devenues un véritable projet de société qui devrait servir de boussole à tous les États du monde. Que de temps d'incompréhension ! Que de tristesse aussi pour ces militant(e)s frappé(e)s injustement par des balles assassines ou des paroles à la fois vénéneuses et venimeuses ! Quelle haine aussi pour toutes ces personnes qui osent encore s'appeler Frères ou Sœurs ! Quelle hypocrisie pour une Afrique encore en quête de son âme et de ses propres lignes de démarcation ! », a déploré Urbain Amoa.

Urbain Amoa: "Nul n'a à jamais le monopole de la violence"

L’Expert en Diplomatie coutumière africaine, se demande par exemple pourquoi ce sont les Africains qui sont transférés à la CPI et pas les autres ? Pourquoi les guerres fratricides interminables en Centrafrique ? Pourquoi nos matières premières ou même grises (l'exode des cerveaux) et pas les autres pour leurs richesses protégées et sécurisées pour encore plusieurs générations ?

« En ces périodes encore de paix apparente, nous devons nous souvenir, entre autres, ce jour, de trois leçons de vie : 1. Que nul n'a à jamais le monopole de la violence. 2. Que le mensonge a beau courir un an, la Vérité le rattrape en un jour. 3. Que la libération du Président Laurent Gbagbo est une nécessaire invite à moins d'arrogance, à moins de violences et à une grande humilité », dit-il.

Il a ainsi félicité la Fondation dirigée par Boga Sako Gervais, pour avoir cru en cette lutte pour la quête de la justice; ‘’cette quête, hélas ! jamais définitivement conquise et acquise, d'un idéal d'équilibre moral pour soi et pour tous’’. « Mais qui donc peut, éternellement, prétendre être le plus puissant et le plus fort ? », s’interroge Urbain Amoa. Pour qui, l’histoire politique de la Côte d'Ivoire et de la Communauté dite internationale, ‘’ce puissant monstre agissant sans visage, nous invite, bien plus qu'à une adhésion à votre vision, à un militantisme non plus uniquement à votre Fondation mais bien au-delà, à un parti politique ou à une tendance d'un parti politique, eux-mêmes porteurs de ce que j'appelle : la Vérité consensuelle’’.




Afficher les commentaires
Articles les plus lus