Tchad : Donné pour mort, comment se porte Idriss Deby fils

Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 21 April 2021 à 12:25 | mis à jour le 21 April 2021 à 12:25

Donné pour mort, peu après son accession au pouvoir, Mahamat Idriss Deby, fils du défunt président tchadien Idriss Deby, se porte bel bien et est en parfaite santé.

Tchad : Faux, Mahamat Idriss Deby n'est pas mort !

" Mahamat Deby aurait été tué lors d'un accrochage avec une élite de l'armée contrôlée par Zékaria Deby le fils ainé d' Idriss Deby", a informé une folle rumeur dans la nuit du mardi. La rumeur faisait également cas de ce que des tirs entendus au Palais présidentiel, visaient à renverser le président fraîchement nommé du Conseil militaire de transition (CMT).

Selon le média Tchad infos qui cite des proches de la famille et des sources sécuritaires, Mahamat Idriss Deby, le nouvel homme fort de N'Djamena, se porte bien. Mieux, il n'y a jamais eu de tirs autour du Palais présidentiel.

« Le Président du conseil militaire de transition est bien vivant. Il n’y a jamais eu des coups de feu au palais rose et pas de querelles avec son frère Zakaria », confie une source proche de la famille au confrère. Celle-ci a appelé les populations "à la vigilance contre la manipulation de certains internautes qui voudraient par tous les moyens créer la psychose et la panique pour tenter de déstabiliser le système en place".

Qui était le président Idriss Deby Itno

Idriss Deby est tombé, mardi 20 avril 2021, les armes à la main, après 30 ans de règne sans partage à la tête de l’Etat Tchadien. Selon l'armée Tchadienne, le désormais ex-président aurait succombé à ses blessures après des combats acharnés entre les forces loyalistes et les forces rebelles du FACT, à Mao, localité situé à 300 km au nord de la capitale N'Djaména.

Militaire dans l'âme, il ne rechignait jamais à enfiler son treillis pour aller combat contre les rebelles et les terroristes de Boko haram et de l' Etat islamique, très actifs dans la région du Sahel.

" Vous avez déjà vu un chef d’Etat prendre une arme et aller se battre ? Vous croyez que je l’ai fait parce que je suis brave ou courageux ? Non. Je l’ai fait parce que j’aime ce pays et je ne veux pas que le désordre s’installe dans mon pays. J’ai préféré aller mourir sur le terrain et ne pas voir le désordre qui s'ensuivra ", déclarait-il récemment.

Le maréchal président qui fut l’un des premiers à alerter sur les graves conséquences qu’aurait la chute du libyen Mouammar Kadhafi, était écouté sur tous les sujets sécuritaires. Tombé au front, le Maréchal Tchadien a aussitôt été remplacé par son fils Mahamat Idriss Deby, Général d'armée et chef de corps de la garde présidentielle.

À 37 ans, le jeune président du Conseil militaire de transition (CMT) aura la lourde charge de poursuivre l'œuvre de son père qui, faut-il le souligner, était l'un des piliers de la région, dans la lutte contre le terrorisme.




Afficher les commentaires
Articles les plus lus