Yopougon : Du nouveau dans le scandale sur les ébats filmés dans un hôtel

Le scandale avait éclaboussé l'hôtel et tous les établissements similaires
Par Parfait Dagri
Publié le 02 avril 2019 à 20:57 | mis à jour le 02 avril 2019 à 20:57

Où en est-on avec le scandale des caméras dissimulées dans les chambres d’un hôtel sis à Yopougon Niangon qui filmaient, naturellement sans leur accord, les ébats des clients?

Victimes effrayées par le scandale

Le scandale avait fait grand bruit dans la capitale ivoirienne puis plus rien. Un hôtel de la commune de Yopougon était au centre de l’actualité en février dernier pour avoir filmé sans leurs accords, les ébats de ses clients. Selon le quotidien qui avait fait vent de l’affaire, les principaux suspects, des employés de l’hôtel, étaient déjà devant la justice pour répondre de leurs actes. Selon des sources bien informées, la procédure judiciaire entamée aurait connu des difficultés du fait du silence des présumés victimes. En effet, dans sa procédure de recueil des témoignages ouverte à l'encontre des personnes ayant visité l’hôtel dans une période récente, donc éventuelles victimes, la police s’est heurtée au mutisme des populations. Qui, pour des raisons évidentes de discrétion, ne se sont pas présentées aux agents commis à la collecte des témoignages. Du moins, pas dans la période impartie à cet effet par les autorités judiciaires ivoiriennes. Toutefois, précisent les mêmes sources, la délicatesse du dossier, au regard de la qualité et le nombre des supposées victimes, n’empêchent pas la poursuite de l’affaire depuis que la police s’en est saisie mi-février 2019.

L'Origine d'un scandale


L’affaire s’était révélée à la suite d’une plainte déposée pour vol de téléphones dans cet hôtel de la commune de Yopougon. Une enquête menée pour faire la lumière sur ledit vol a par la suite conduit au scandale après que des clients aient rapporté avoir été victimes de chantages de la part de personnes disant détenir des vidéos compromettantes de leur passage dans l’établissement. Le scandale éclatait alors créant une certaines psychose au sein de la petite et discrète clientèle de ces établissements et plus particulièrement les clients passagers ou habituels dudit hôtel.