La gendarmerie nationale du Cameroun vient de mettre la main sur des profanateurs de tombe et des trafiquants d’ossements humains. Les faits se dont déroulés le mercredi 13 janvier 2021 dans la localité de Pitoa, une commune de la région nord du pays, informe la gendarmerie nationale dans un communiqué.

Six trafiquants d’ossements humains et profanateurs de tombe aux arrêts

La scène est rapportée un communiqué de la gendarmerie nationale camerounaise. Six présumés malfrats passés dans l’art de la profanation de tombe et de trafic d’ossements humains ont été interpellés le mercredi 13 janvier 2021 par des éléments de la brigade de gendarmerie de Meiganga (dans la région de l’Adamaoua et chef-lieu du département du Mbéré).

Selon la gendarmerie nationale, parmi ces dix trafiquants d’ossements humains figurent cinq élèves dont l’âge varie entre 18 et 22 ans. L’autre membre de la bande est un mécanicien de 24 ans. Ces délinquants ont été pris au cimetière de Pitoa, dans le nord du Cameroun. Il faut dire que les gendarmes ont suivi la piste de renseignements anonymes pour débusquer ces trafiquants.

Notre source indique qu’après avoir commis leur forfait, les suspects tentaient de se rendre à Bertoua, le chef-lieu de la région de l’Est, afin de livrer leur butin. Malheureusement pour les trafiquants d’ossements humains, c’est ainsi que les fins de la gendarmerie en fonction à la brigade de Meiganga les ont filés, puis appréhendés au lieu-dit « Gbakoungue ».

Mais les agents de la maréchaussée ne se sont pas arrêtés là. Ils ont poursuivi leurs actions et ont fini par mettre le grappin sur quatre de leurs complices, peut-on lire dans le communiqué publié par les autorités sécuritaires, le lundi 18 janvier 2021. L’enquête se poursuit à la brigade de gendarmerie de Meiganga afin de faire toute la lumière sur cette affaire, conclut la note.