Faure Gnassingbé, porte-étendard du MUTAA ,débute les consultations

MUTAA ,Faure Gnassingbé, Président de la République du Togo
Par NGUEYAP ROMUALD
Publié le 02 mars 2018 à 19:30 | mis à jour le 02 mars 2018 à 19:30

C’est à Faure Gnassingbé, Président de la République du Togo et Président en exercice de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), que ses pairs africains ont donné le pouvoir de conduire le processus d’implémentation du Marché Unique du Transport Aérien Africain (MUTAA). Le président togolais a donc la responsabilité de convaincre les autres pays hésitants à adhérer au processus. C’est dans ce cadre qu’il a dépêché, il y a quelques jours une délégation à Addis-Abeba au siège de l’union africaine.

MUTAA: Faure Gnassingbé dépêche une mission à Addis-Abeba

Conduite par le Colonel Gnama Latta, Directeur Général de l’Agence Nationale de l’Aviation Civile (ANAC), la délégation togolaise a eu une séance de travail, le mardi 20 février, avec Cheick Ould Bedda, Chef du département de la Commission des Infrastructures et de l’Energie de l’UA.

Au terme de la séance de travail, le Dr David Kajange pour l’UA et le Colonel Gnama Latta pour le Togo ont été désignés afin de poursuivre les échanges et de préparer les futures réunions dans le cadre du processus de mise en place du MUTAA.

Ils entendent travailler en étroite collaboration et « peaufiner une stratégie » pour faire adhérer de nouveaux États au MUTAA, avant le prochain sommet de l’UA prévu à Nouakchott en juin 2018. Une réunion est également envisagée à cet effet en marge du sommet extraordinaire de l’UA en mars à Kigali.

Projet phare de l’Agenda 2063 de l’Union africaine, le Marché unique du transport aérien africain (MUTAA) permettra « l’amélioration des niveaux de service aérien, renforcera la concurrence entre les itinéraires, ce qui entraînera des tarifs plus compétitifs, stimulera le volume des trafics supplémentaires, favorisera le commerce, les investissements et d’autres secteurs de l’économie et entraînera un accroissement de la productivité et une augmentation de la croissance économique et de l’emploi ».

A ce jour, 23 pays africains sont signataires de l’adhésion au MUTAA, à savoir le Bénin, le Botswana, le Burkina Faso, le Cap Vert, la République du Congo, la Côte d’Ivoire, l’Égypte, l’Éthiopie, le Gabon, le Ghana, la Guinée, le Kenya, le Liberia, le Mali, le Mozambique, le Nigeria, le Rwanda, la Sierra Leone, l’Afrique du Sud, le Swaziland, le Togo et le Zimbabwe.



Articles les plus lus