Côte d’Ivoire: Vincent Toh Bi installé maire intérimaire de Port-Bouët

Vincent Toh Bi désigné maire par intérimaire à Port-Bouët

Le préfet d’Abidjan, Vincent Toh Bi a été installé mercredi maire intérimaire de la commune de Port-Bouët (Sud) où le maire Sylvestre Emmou, candidat du Parti démocratique de Côte ‘Ivoire (PDCI, ex-allié de la coalition au pouvoir), déclaré élu à l’issue des élections du 16 décembre n’a pas pu être investi.

Vincent Toh Bi désigné maire par intérim à Port-Bouët

Le ministre de l’Intérieur et de la sécurité, Sidiki Diakité "a pris un arrêté pourtant nomination de la délégation spéciale de la commune de Port-Bouët" ainsi, est nommé Vincent Toh Bi, "président" de cette délégation composée de sept membres, a annoncé l’inspecteur au service de l’administration territoriale, Auguste Zoguehi.

Mardi, le gouvernement, arguant l’expiration au 31 décembre des mandats des anciens conseils en place dans cinq communes du pays dont Port-Bouët, a décidé de mettre ces municipalités sous administration préfectorale appelée "délégation spéciale".

La délégation spéciale "est un procédé prévu par la loi (...) il ne s'agit pas ici de spolier qui que ce soit de son autorité ou de sa victoire" ni "reprendre le pouvoir aux communes", a dit M. Zoguehi ajoutant "l'administration a un souci d'assurer la continuité du service".

"Il y a une situation devant la chambre administrative de la Cours suprême, et en attendant que cette situation soit réglée, le ministre de l’Intérieur a mis en place cette délégation spéciale, c’est pour juste assurer une continuité du service publique", a rassuré M. Toh Bi.

A l’issue des élections partielles du 16 décembre dans cette commune, le candidat du PDCI, Sylvestre Emmou (62,65%) avait battu le ministre du Tourisme Siandou Fofana (33,61%) dans le duel RHDP-PDCI, deux anciens alliés devenus adversaires.

Le ministre-candidat qui avait dans un premier temps reconnu sa défaite, a ensuite et contre toute attente, déposé un recours à la Cour suprême. Dans l’attente de la décision, l’installation officielle du nouveau maire élu avait été repoussée à une date ultérieure.

"L’administration territoriale n’a pas vocation à se substituer aux communes", a t-il réitéré ajoutant que "quelque soit la situation dans un pays l’Etat ne s’arrête pas".

Le préfet d’Abidjan a indiqué que "dès que la chambre administrative de la Cours suprême va décider (de l’issue de la situation), les choses vont se remettre ne place".

La passation de service entre M. Toh Bi et l’ancien maire intérimaire, Lassina Touré a clos la cérémonie.