CPI : Libération de Gbagbo et Blé Goudé, Boga Sako Gervais s'engage !!

Libération de Gbagbo et Blé Goudé, Boga Sako Gervais s'engage !!

Dr Boga Sako Gervais s'insurge contre le maintien de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé dans un pays d'accueil, alors qu'ils ont été acquittés par la Chambre préliminaire I de la Cour pénale internationale (CPI). Le président du FIDHOP entend donc exiger la libération totale et définitive des deux personnalités ivoiriennes, au cours d'une Conférence-débat sur "le cas Gbagbo et Blé-Goudé" qu'il organise, le 11 mai prochain.

Affaire Gbagbo et Blé Goudé, Dr Boga Sako Gervais donne encore de la voix

Pourquoi, alors qu’ils ont été acquittés de toutes les charges qui étaient retenues contre eux par le Procureur de la Cour Pénale Internationale, le Président Laurent GBAGBO et le Ministre Charles BLE GOUDE sont-ils (encore) en Liberté conditionnée ?

Semblable à un véritable « casse-tête chinois », ce dossier judiciaire reste un cas de Droit inédit dans le monde ; un cas de jurisprudence pour le droit positif dans la quasi-totalité des États de droit de notre temps !

EN EFFET, le 15 Janvier 2019, à la surprise générale, alors que les accusés n’ont même pas eu besoin d’appeler un seul de leurs témoins à décharge ; alors que les ‘’pro-Gbagbo’’ ne s’attendaient tout au plus qu’à une liberté provisoire qu’ils ont tant espérée et qu’ils avaient même célébrée par anticipation le 14 Décembre 2018, le juge italien CUNO TARFUSSER, Président du tribunal de première instance, déclara, sur la base d’une décision prise par la majorité de deux juges sur les trois, l’acquittement total des accusés MM. GBAGBO et BLE GOUDE et leur libération immédiate.

Ce fut une décision historique ; comme l’aura été le procès-Gbagbo !

MAIS ALORS, comment et pourquoi l’exécution de cette décision, qui fut confirmée le lendemain 16 Janvier après que le procureur a été débouté, fut d’abord suspendue le soir de ce même jour par la Cour d’appel (à la majorité de trois juges sur cinq), pour finalement aboutir, le 1er Février 2019, à une liberté sous conditions adoptée à l’unanimité des cinq juges d’appel ?

QUELLES « circonstances exceptionnelles » valables ou fondées, tel que prévues par le Statut de Rome, ont-elles été soulevées par le bureau du procureur et qui ont pu motiver une telle décision des cinq juges, alors que l’acquittement n’a pas été remis en cause ?

COMMENT COMPRENDRE qu’une CPI qui ne cesse de pleurnicher auprès des États financiers qu’elle manque d’argent pour son propre fonctionnement ou pour mener ses enquêtes, puisse prendre en charge un acquitté par cette même CPI, M. Charles BLE GOUDE, en lui payant l’hôtel dans un palace, en le nourrissant au quotidien, en assurant sa sécurité ou même ses soins de santé ? Quelle aberration !

POURTANT, il eût été juste et bien plus simple pour cette institution de laisser les deux acquittés rentrer librement chez eux en Côte d’Ivoire – puisqu’ils sont libres en effet – et de négocier plutôt avec les autorités ivoiriennes en vue d’obtenir de leur part des garanties pour ramener les mis en cause à la CPI, dans l’hypothèse où le procureur interjetait appel sur l’acquittement.

AUSSI, au regard des circonstances bizarres dans lesquelles la cour d’appel de la CPI a été saisie dans la soirée du 16 Janvier 2019 ; et vu la façon juridiquement douteuse dont la décision du tribunal de 1ère instance a été suspendue jusqu’au 1er Février, n’y a-t-il pas lieu de penser que les vraies raisons ayant motivé la liberté conditionnelle des deux acquittés sont à rechercher en dehors du droit ?

L’OBJECTIF VISÉ par cette décision ne serait-il pas clairement d’empêcher le Président GBAGBO de rentrer en Côte d’Ivoire maintenant ; et surtout de l’empêcher de se présenter à l’élection présidentielle d’Octobre 2020 s’il le souhaitait ?

ENFIN, vu la vacuité de ce dossier ; devant les carences dont a fait preuve le bureau du procureur dans l’enquête et le montage du dossier ; et en considérant que les quatre-vingt-deux témoins dits à charge sélectionnés par Mme Fatou BENSOUDA ont plutôt largement contribué à disculper les accusés ; par quelle alchimie le bureau du procureur pourrait-il objectivement interjeter appel contre l’acquittement du Président GBAGBO et du Ministre BLE GOUDE ?

TELLES SONT AUTANT DE QUESTIONS QUI CONSTITUENT LE « CASSE-TÊTE DE LA CPI ».

Ainsi, dans l’attente des motivations écrites du tribunal de 1ère instance qui justifient l’acquittement ; et pour exiger la libération totale et définitive du Président Laurent GBAGBO et du Ministre Charles BLE GOUDE,

La FIDHOP (la Fondation Ivoirienne pour les Droits de l’Homme et la vie politique) et

La PIOB (la Plateforme des Organisations Ivoiriennes du Benelux) organisent :

Une Conférence-débat sur "le cas Gbagbo et Blé-Goudé", le samedi 11 Mai 2019, de 14H00 à 18H00, à l’Université de Liège, en BELGIQUE (Place du 20 Août, 7B- 4000, Liège).

VOUS Y ÊTES TOUS CONVIES !!!

Fait à Rome, le 23 Avril 2019

Dr BOGA SAKO GERVAIS

•Enseignant-Chercheur à l’Université de Côte d’Ivoire ;

•Ex-Secrétaire Exécutif de la Commission Nationale des Droits de l’Homme de Côte d’Ivoire (CNDHCI) ;

•Président de la Fondation Ivoirienne pour la Démocratie,

Les Droits de l’Homme et la vie Politique (FIDHOP) ;

•Président du Groupe de Réflexion et d’Action pour la Démocratie et les Droits de l’Homme en Afrique (GRADDH-AFRIQUE) ;

•Ecrivain-Politique.