CPI: Du nouveau dans l'affaire Gbagbo et Blé Goudé

L'affaire Gbagbo pourrait connaîte son dénouement en Septembre prochain

Dans l'affaire Gbagbo, la décision écrite des juges de la chambre de première instance de la Cour penale Internationale (CPI) sur le raisons qui ont motivé leur décision d'acquittement de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé pourrait être disponible en septembre 2019.

Affaire Gbagbo, la suite annoncée pour Septembre prochain

Attendu par Fatou Bensouda, en vue d'un éventuel appel dans l'Affaire Gbagbo contre la procureure Bensouda à la Haye, la décision écrite du Juge Président Cuno Tarfusser sur l'acquittement de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé le 15 janvier dernier, serait annoncée pour le mois de septembre prochain. L'information est relayée par une source citée par le quotidien Notre Voie dans sa parution du vendredi 10 mai 2019.

Le choix de cette date selon l'information relayée par le confrère, s’explique par la volonté des juges de produire un document complet. « Leur papier doit comporter des centaines de pages, accompagnées de milliers de notes de bas de page et doit être disponible au même moment en anglais et en français », explique la source citée par le quotidien.

Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé rappelons-le ont été acquittés en première instance devant la Cour pénale internationale. L’italien Cuno Tarfusser, juge-président et le juge Geoffrey Henderson, formant la majorité de la Chambre de première instance, avaient considéré que le procureur n’a pas fourni des preuves suffisantes en vue de démontrer la responsabilité de Gbagbo et Blé Goudé pour les incidents faisant l’objet de l’examen.

L'ex-président ivoirien et son poulain seront finalement libérés sous conditions en appel, après une requête de dernière minute deposée par le bureau du procureur. Laurent Gbagbo réside actuellement en Belgique tandis que Charles Blé Goudé, lui, réside à la Haye, le temps que le greffe lui trouve un point de chute.

Les deux accusés faisaient l'objet de poursuites pour des crimes commis lors de la sévère crise post-électorale qui avait sécoué la Côte d'Ivoire entre 2010 et 2011. Un bilan officiel faisait état de 3000 morts.