Kobénan Kouassi Adjoumani perd le nord face à la réforme de la CEI

Sortie incohérente du ministre Adjoumani contre le PDCI au sujet de la CEI
Par NELSON ZIMIN
Publié le 05 juillet 2019 à 14:29 | mis à jour le 05 juillet 2019 à 14:29

La sortie du ministre Kobénan Kouassi Adjoumani en réaction à la supposée proposition du Pdci-Rda de soumettre à candidature la désignation du président de la CEI est pour le moins curieuse. Le porte-parole du RHDP, s’oppose au principe d’appel à candidature pour désigner le nouveau président de la Commission électorale indépendante (CEI). Nelson Zimin passe cette position au prisme de la cohérence.

Intellectuels en perte de sérénité face à la réforme de la CEI

Mon cher Kabako,

Vos leaders politiques fascinent et inquiètent à la fois. Je me demande quel péché vous avez commis pour les mériter. Il y’en a un qui veut poursuivre l’assemblée parlementaire de la francophonie. Il veut porter plainte en France pour un poste qui lui aurait été refusé en Afrique. Ce poste, lui-même l’avait obtenu par arrangement politique, avant de le perdre par mésentente politique. Afin bref, une histoire de dingue ai-je envie de dire. Mais lui ne m’intéresse pas ce matin. Il y’a Kobénan Kouassi Adjoumani qui me fascine depuis deux jours, je t’en parle. Dans votre pays, il y’a deux grandes questions qui ont fait vaciller la capacité de réflexion du ministre Kobénan Kouassi Adjoumani. La question de l’enrôlement des étrangers et la désignation du président de la CEI.

Si pour la première question Kobénan Kouassi Adjoumani a reconnu dans un entretien public que le pouvoir RHDP enrôle les étrangers pour doper son électorat, sa réaction à la seconde question me parait paranormal. Même là encore, il avait ramé à sens inverse de tous ses collègues du RHDP qui réfutaient cette allégation. On enrôle des étrangers pour voter, mais un appel à candidature pour désigner le président d’une commission électorale, lui, parait catastrophique. « Ce qui nous surprend, c’est que le jeudi dernier (27 Juin 2019) au cours de la réunion de son bureau politique, le président du Pdci-Rda Daoukro demande désormais que le président de CEI soit désigné par appel à candidature ». Des propos rapportés par le confrère l’Intelligent d’Abidjan.

Qui confectionnera vos documents biométriques que la CEI utilisera ?

L’autre grosse polémique sur laquelle nous n’avons pas beaucoup entendu le grammairien du RHDP, est la sélection de SEMLEX. La société belge va éditer plus de 36 millions de documents biométriques officiels sur 12 ans. 12 années de production de données stratégiques sur la population d’un pays. Cela n’a indigné outre mesure, ni l’intellectuel Kobénan Kouassi Adjoumani, ni aucun député. L’Opposition se bat sur une insignifiante question de coût de production d’une CNI, qui n’est qu’un élément d’un ensemble bien sensible.

SEMLEX va revendre les données sur la Côte d’Ivoire à des agences d’études stratégiques comme le font déjà les sociétés de téléphonie mobile autorisées à externaliser leurs bases de données. Magnifique est ce pays quand le soleil brille de notre côté. Guillaume Soro qui mobilise des avocats pour défendre son égo en prenant le soin d’exposer son pays (il s’en fout de toutes les manières). Tous ces souverainistes ou légalistes sinistres n’ont pas encore compris que la CEI n’est qu’un organe technique.

Et la fiabilité de son travail, repose sur la crédibilité d’une base de données que va produire une entreprise passée maitre dans l’art de la fraude sur documents officiels. Si l’Office National de l’Identification n’a pas en charge la production de la base de données de notre pays, on s’en fout si un berger est nommé à la tête de la CEI. Le mal a déménagé. Antoine de Saint-Exupéry dit que « La démagogie s'introduit quand, faute de commune mesure, le principe d'égalité s'abâtardit en principe d'identité ». Je ne sais pas si tu l’a compris, mais…

A bientôt

Nelson Zimi



Articles les plus lus