CPI : Les avocats de Laurent Gbagbo disent « oui » à Bensouda

Laurent Gbagbo, ancien président ivoirien
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 18 juillet 2019 à 20:18 | mis à jour le 18 juillet 2019 à 20:18

Me Emmanuel Altit et son cabinet, Conseil de Laurent Gbagbo devant la Cour pénale internationale (CPI) ont repondu favorablement à la demande formulée par la procureure Fatou Bensouda, au sujet de la prorogation du délai d’appel initialement fixé à 30 jours.

Procès Laurent Gbagbo -Blé Goudé : Prorogation du délai d’appel, Me Emmanuel Altit dit oui à Fatou Bensouda

La défense de Laurent Gbagbo dans le procès en cours devant la Cour pénale internationale (CPI) a indiqué ne pas être opposée à la demande de prorogation du délai d’appel formulée par la procureure Fatou Bensouda auprès des juges de la chambre d’appel de cette juridiction internationale. Me Emmanuel Altit et son équipe l’ont fait savoir via une reponse disponible sur le site de la Cour pénale internationale.

« La Défense de Laurent Gbagbo ne s’oppose pas à cette demande de report. En effet, il est important de permettre aux membres, tant des équipes de l’Accusation que des équipes de Défense, d’exercer leur droit au repos et à une vie familiale normale. Par ailleurs, la longueur du jugement (c’est-à-dire le Jugement principal ainsi que les deux opinions séparées et l’opinion dissidente, soit un total de 1366 pages), qui est fonction de la complexité du dossier dans son ensemble, requiert une analyse minutieuse qui justifie, dans le cas d’espèce, que le Procureur bénéficie de temps additionnel », a indiqué la défense de l’ancien président ivoirien.

Dans une requête adressée à la chambre dirigée par le juge nigerian Chile Eboe-Osuji, la procureure justifiait sa demande d’extension de délai « par le fait que la période qui lui est allouée pour décider d’un appel se superpose à la période des « vacances judiciaires ». En second point, Fatou Bensouda avait fait savoir aux juges de la cambre d’appel « que la longueur et la complexité des raisons exposées par les Juges dans leurs opinions respectives, exigent du temps ».

Pour rappel, l’ancienne ministre de la Justice de la Republique de Gambie avait sollicité de la Chambre d’appel de pouvoir déposer son acte d’appel le 10 octobre 2019 et son mémoire d’appel le 9 décembre 2019.



Articles les plus lus