Un enseignant parle à Bédié: « Vous risquez de tomber dans les oubliettes »

Augustin Konan à Henri Konan Bédié:
Par David Yala
Publié le 12 septembre 2019 à 13:56 | mis à jour le 12 septembre 2019 à 14:03

Henri Konan Bédié n’exclut pas l’éventualité d’une candidature à la prochaine élection présidentielle de 2020. Depuis sa rupture d’avec le RHDP ( actuel parti au pouvoir), le président du PDCI-RDA est très actif sur la scène politique, surtout dans l’opposition. Mais pour Augustin Konan, enseignant de formation, ce n’est pas une bonne idée que l’ancien chef de l’Etat ivoirien (1993-1999) se présente à la présidentielle à venir. Dans la contribution ci-dessous envoyée à afrique-sur7, Augustin Konan donne les raisons de son interpellation et prévient Henri Konan Bédié sur les risques qui le guettent en cas d’entêtement.

Augustin Konan à Henri Konan Bédié: "A 33 ans, vous avez (été) Ministre des Finances"

Monsieur Le Président, permettez que je m’adresse à vous. Je le fais en tant jeune frère soucieux du bien-être et de l’honneur de son aîné que vous êtes. Je ne suis pas un habitué de ces genres d’adresse, ce qui fait que, ce ne serait pas tous mes termes qui rencontreront votre assentiment. Partant, s’il arrivait que certaines expressions venaient à vous choquer, veuillez bien m’en excuser. Je tiens à vous dire ici un grand merci, pour tout ce que vous avez fait pour la Côte d’Ivoire. Après de brillantes études à l'université de Poitiers, vous avez été nommé à 28 ans, ambassadeur de notre pays aux États-Unis (1961-1966), ceci n’est pas donné à tout le monde.

A 33 ans, vous avez fait votre entrée au gouvernement en tant que Ministre des Finances (On a encore à l’esprit, les chaines PAC qui devaient amener l’ivoirien à avoir la culture du commerce). Après un passage à la banque mondiale, vous êtes élu député de votre circonscription natale et devenez par la suite, Président de l'Assemblée nationale (1980-1993). Lequel poste vous a permis d'assurer l'intérim, après le décès du Président Félix Houphouët Boigny, jusqu'en 1995. En 1995, vous avez été élu Président de la république. Voici en quelques lignes, un parcourt, on ne peut plus éloquent. En 1999, vous êtes victime d’un coup d’état. En Afrique ce ne sont pas tous les coups d’état qui se produisent sans effusion de sang. Malgré ce triste épisode, vous êtes revenu dans le jeu politique avec tous les honneurs.

A un ancien dirigeant français à qui l’on a demandé, comment il a trouvé la fonction présidentielle, a eu ceci comme réponse : « Ce n’est pas aussi excitant, car une fois que vous arrivez à ce poste, il n’y a plus de promotion. » Pour vous Monsieur le Président, je dirai que vous avez eu de la promotion. A travers le monde, il y a de nombreux anciens chefs d’état qui sont dans l’anonymat total ; ce qui n’est pas du tout votre cas. Aujourd’hui, vous jouissez d’un aura tel que la voie menant à Daoukro est devenu un sentier très propre, parce que bien fréquenté. Les gens y vont pour vous saluer, et s’abreuver de vos conseils. Ceci n’est autre chose qu’une grâce du Tout Puissant. Votre situation aujourd’hui, fait de vous un haut coefficient pour tout candidat à une élection, qui a votre caution.

Augustin Konan à Henri Konan Bédié: "Monsieur Le Président, vous pouvez aussi ne pas être élu"

Si, pour des élections présidentielles, un tel candidat arrivait à se faire élire, vous n’en tirerez que des honneurs, sans aucune mesure, et ceci à vie. Vous avez déjà énormément donné à la Côte d’Ivoire, et dans la position de faiseur de roi, vous la servirez encore plus. Alors nous vous demandons Monsieur Le Président, de garder cette stature actuelle, sans chercher autre chose. Et pourquoi ? Une élection, vous le savez mieux que moi, est comme un concours. On peut réussir comme pas. En supposant que candidat, vous gagnez les élections en 2020, vous pouvez : • Réussir votre présidence et continuer à figurer positivement dans l’histoire de notre pays et cela vous grandira encore plus, comme le PDCI-RDA aussi. • Vous pouvez ne pas réussir votre mandat. Ceci n’est pas à exclure, quand on connaît la forte nuisance en Côte d’Ivoire.

Des personnes pourraient vous mettre des bâtons dans les roues, parce que c’est Bédié, il ne doit pas réussir. Si une telle situation venait à se produire, cela sera très dommageable pour vous, pour le pays et encore plus pour le PDCI-RDA. Vous pouvez aussi ne pas être élu. Dans ce dernier cas, vous risquez de tomber pour toujours dans les oubliettes, avec pour corollaire, un PDCI-RDA complètement déchiqueté. En 1983, lors de la grève des enseignants, le président Houphouët leur avait dit : « Vous êtes arrivés dans un monde trop avancé. » Pour nous qui sommes nés bien avant les indépendances, je dirais qu’aujourd’hui, nous sommes dans un monde qui a trop changé. Pourquoi ? Beaucoup parmi nous ne maîtrisent pas l’utilisation des grands moyens actuels de communication ; c’est-à-dire les réseaux sociaux.

Augustin Konan à Henri Konan Bédié: "Ne soyez pas candidat pour les élections de 2020"

Avec ces moyens, nous le savons tous, l’information circule à la vitesse de la lumière ; et cette information renferme tout : le vrai comme le faux, le réel comme le montage. Et, il faut pouvoir la suivre, cette information, ce qui n’est pas possible pour la plupart d’entre nous. Moi, je serai dans ma soixante dixième année en 2020. À supposer que je sois candidat pour les élections présidentielles, ce n’est pas sûr que je puisse me tenir aisément sur un podium devant un public et faire un meeting le matin à Touba, un autre l’après-midi à Man et le lendemain me retrouver à Bouaflé pour continuer. Cela me sera assez éprouvant. Nous nous répétons Monsieur Le Président pour dire que, notre attente serait que vous ne soyez pas candidat pour les élections de 2020. Il est souhaitable que le PDCI-RDA entre au laboratoire pour trouver un candidat, en quelque sorte un « guerrier ».

Un vrai « guerrier » qui aime véritablement la Côte d’Ivoire (peut-être même un peu plus que lui-même) et ses habitants. Ceci parce que, lorsqu’une personne qui aime franchement son pays, se retrouve à sa tête, il le fait forcement avancer, quel que soit le domaine de sa formation. Aux Etats-Unis, on connaît des présidents sortis de Harvard ou Yale qui n’ont pas, aussi marqué leurs concitoyens ; alors que le président Georges Washington, qui de son vivant avait regretté de n’avoir pas fait d’études supérieures, est vénéré par les américains. Mustafa Kemal Atatürk, qui a donné toute sa vie à la création d’un état moderne, est lui aussi, vénéré par les Turcs. Ce sont des personnalités qui ont vraiment aimé leurs pays. Que le PDCI-RDA, trouve ce « guerrier ». Merci Monsieur le Président pour l’attention prêtée à cette adresse.

M. Augustin Konan, enseignant

NB: Les titre, sous titres et chapeau sont de la rédaction.



Articles les plus lus