Grosse pression sur Ouattara après les inondations à Abidjan

Abidjan inondée, l'opposition ivoirienne accuse
Par K. Richard Kouassi
Publié le 26 juin 2020 à 14:50 | mis à jour le 26 juin 2020 à 16:52

Depuis quelques jours, Abidjan est sous les eaux. Les pluies diluviennes qui s'abattent sur la capitale ivoirienne ont inondé plusieurs quartiers. Dans la classe politique, des voix se sont élevées pour accuser Alassane Ouattara et son pouvoir face à ce drame que connait le pays.

Abidjan inondée, l'opposition ivoirienne accuse

Le drame d'Anyama est encore dans la mémoire des Ivoiriens. Jeudi 18 juin 2020, cette localité située à 10 km de la ville d' Abidjan, a été endeuillée par un éboulement de terrain qui a fait dix-sept morts et dix-neuf blessés. Une semaine après, de fortes pluies se sont déversées sur la capitale ivoirienne.

Les eaux sont montées et ont inondé plusieurs quartiers. La SODEXAM (Société d'exploitation et de développement aéroportuaire, aéronautique et météorologique) a tiré la sonnette d'alarme devant cette montée des eaux.

Pour certains leaders de l'opposition, Alassane Ouattara et son gouvernement sont responsables de l'inondation d' Abidjan. El Hadj Mamadou Traoré, proche de Guillaume Soro, a littéralement tiré à boulets rouges "sur le gouvernement et les structures de l'Etat en charge de l'assainissement".

Dans une publication sur sa page Facebook, il a avancé que le gouvernement "refuse de jouer pleinement son rôle, celui de protéger les Ivoiriens contre ces inondations". Il estime également que les dirigeants ivoiriens font preuve de "négligence dans ses grands travaux d'assainissement de la ville d' Abidjan ou du grand Abidjan".

Ce soroiste a poursuivi en laissant entendre que ces inondations résultent du "mauvais assainissement" de la capitale ivoirienne et de la "négligence de l'Etat sur l'existence de certaines zones dangereuses pour les populations".


À l'instar d'El Hadj Mamadou Traoré, Nathalie Yamb a pointé un doigt accusateur en direction d'Alassane Ouattara. La conseillère exécutive de Mamadou Koulibaly soutient que "le quartier de la Riviera à Abidjan n’a jamais mieux porté son nom. Au lieu de ponctionner le budget des communes, le gouvernement ferait mieux d’annuler le projet du train urbain le plus cher du monde (1,36 milliard €) parce qu’à moins d’être amphibien, il va pas circuler beaucoup...".

Il faut noter qu'outre ces deux personnalités politiques, Danièle Boni Claverie et Mamadou Koulibaly ont déjà porté des accusations contre Alassane Ouattara devant la menace des eaux.