Présidentielle : KKB ignore l'appel de Guillaume Soro et défie Ouattara

Présidentielle, vers un duel Ouattara-KKB
Par K. Richard Kouassi
Publié le 22 septembre 2020 à 14:34 | mis à jour le 15 octobre 2020 à 16:38

Candidat à l'élection présidentielle du 31 octobre 2020, Kouadio Konan Bertin dit KKB n'est pas disposé à boycotter le scrutin. Au moment où l'opposition ivoirienne maintient la pression pour le retrait de la candidature d'Alassane Ouattara, la dissolution de la Commission électorale indépendante (CEI) et du Conseil constitutionnel, l'ancien député sera investi le 4 octobre 2020 pour affronter le candidat du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP).

Présidentielle, vers un duel Ouattara-KKB

Contrairement à Pascal Affi N'guessan, candidat du Front populaire ivoirien (FPI), qui décidé de suspendre son investiture, initialement prévue le samedi 26 septembre 2020, Kouadio Konan Bertin, plus connu sous le nom KKB, sera bel et bien investi le dimanche 4 octobre 2020, a-t-on appris auprès de sa porte-parole, Simone Ayeri. C'était au cours d'une conférence de presse tenue le mardi. "Il s'agit pour moi de vous informer de la tenue de la cérémonie d'investiture prévue pour se tenir le dimanche 4 octobre au Palais de la culture à la salle Anoumabo, à partir de 8 heures", a lancé la collaboratrice de l'ex-député de la commune de Port-Bouët.

"L'opposition qui s'est retrouvée à la direction du PDCI (Partin démocratique de Côte d'Ivoire, NDLR) avait enregistré en son sein au moins un candidat déclaré à l'élection présidentielle, en l'occurrence M. Henri Konan Bédié. Il se trouve qu'en tant que candidat, il a été investi par son parti. Donc par parallélisme de forme, vous ne pouvez pas demander au candidat Kouadio Konan Bertin de ne pas être investi par le peuple. S'il y a une élection en Côte d'Ivoire, il y aura élection pour le monde", a justifié la conférencière. Simone Ayeri a été claire : "Il (KKB) est candidat. Il a fait acte de candidature. Sa candidature a été validée. Il n'y a pas de raison qu'il n'aille pas aux élections."


En clair, KKB, refuse, au nom d'un quelconque appel de l'opposition de suspendre sa cérémonie d'investiture comme l'a fait Pascal Affi N'guessan. Il ne faut pas oublier que depuis Paris, Guillaume Soro, dont la candidature a été rejetée par le Conseil constitutionnel, a demandé aux opposants ivoiriens de s'engager dans une "unité d'action de l'opposition pour stopper M. Ouattara dans sa folle aventure, par tous les moyens légaux et légitimes. Cependant, dans son appel, le leader des soroistes a royalement ignoré KKB. En tout cas, Kouadio Konan Bertin est bien décidé à affronter Alassane Ouattara dans les urnes. Si Henri Konan Bédié et Pascal Affi N'guessan se retirent de la course, on assistera à un duel entre le président sortant et l'ex-président de la jeunesse du PDCI.




Articles les plus lus