La Côte d’Ivoire connaît une embellie économique remarquable depuis l’accession au pouvoir en 2011 du président Alassane Ouattara. Malgré le contexte actuel difficile dominé par la pandémie de Covid-19, notre pays est resté l’une des économies les plus performantes au monde.

Alassane Ouattara: « La Côte d’Ivoire est restée l’une des économies les plus performantes à l’échelle mondiale »

L’économie ivoirienne est restée l’une des plus performantes dans le monde, avec un taux de croissance évalué à 2 %, en dépit d’un environnement économique secoué par la crise sanitaire de la Covid-19, a déclaré le 31 décembre 2020 à Abidjan, le Président Alassane Ouattara, dans son message de Nouvel An.

« Malgré ce contexte particulièrement difficile, la Côte d’Ivoire est restée l’une des économies les plus performantes à l’échelle mondiale. En effet, au moment où la plupart des grandes économies seront en récession en 2020, en raison de la pandémie de Covid-19, le taux de croissance de l’économie ivoirienne est évalué à environ 2 % », s’est réjoui le Chef de l’Etat.

Selon Alassane Ouattara, ces performances s’expliquent par la bonne tenue du cadre macroéconomique et la gestion rigoureuse des finances publiques. Des résultats qui ont permis à la Côte d’Ivoire de maintenir la confiance avec les partenaires au développement et des marchés financiers internationaux qui ont poursuivi leurs investissements.

Alassane Ouattara a également soutenu que l’un des indicateurs de cette performance est la transformation structurelle de l’économie ivoirienne, par la diversification de l’appareil productif industriel, l’amélioration du taux de transformation des matières premières agricoles et l’accroissement de la production minière.

L’embellie de l’économie ivoirienne s’observe également, a-t-il indiqué, à travers l’inversion de la courbe de la pauvreté et l’augmentation du revenu par habitant.

« Nos efforts au cours de ces dernières années ont permis d’inverser la courbe de la pauvreté, en la faisant passer d’environ 55 % en 2011 à 39,4 % en 2018. Ce taux devrait continuer de baisser pour se situer aux environs de 35 % en 2020. De même, le revenu par habitant a presque doublé, passant de 1213 dollars US en 2010 à environ 2286 dollars US en 2019, soit le niveau le plus élevé des pays de la CEDEAO », a relevé Alassane Ouattara.

Avec CICG.