Côte d'Ivoire : Présidentielle 2020, clash entre Ouattara et Bédié

Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié affichent leur désaccord

Alors que l'on croyait qu'Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié avaient aplani leurs divergences à propos de la présidentielle 2020 que nenni. Les deux alliés du RHDP viennent à nouveau d'afficher leurs divergences au sujet de l'alternance.

Alassane Ouattara répond à Bédié depuis Paris

Le Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP) serait-il au bord de l'implosion ? Cette interrogation osée est toutefois inspirée des récentes sorties d'Henri Konan Bédié et Alassane Ouattara quant à l'alternance 2020. Et pourtant, le président d'honneur du Rassemblement des républicains (RDR), Alassane Ouattara et celui du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI), Henri Konan Bédié s'étaient rencontrés, le 10 avril dernier, pour s'accorder sur la création d'un parti unifié.

Mais, au lendemain de la signature de l'accord de principe par tous les partis membres de la coalition au pouvoir pour aller à cette nouvelle entité, le président du vieux parti a déclaré, depuis sa base de Daoukro, que cet accord politique ne signifie pas la disparition du PDCI-RDA. Il a par ailleurs précisé qu'« au lieu de parler de parti unifié, il conviendrait de dire maintenant Rassemblement des Houphouetistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP). Cela éviterait bien les amalgames et les confusions ».

Poursuivant, l'ancien président ivoirien a réaffirmé sa volonté de présenter un militant actif du PDCI en tant que candidat du RHDP à la présidentielle de 2020. Le Sphinx de Daoukro tient à ce retour de l'ascenseur, d'autant plus qu'il a apporté son soutien à l'élection (2010) et à la réélection (2015) d'Alassane Ouattara. A en croire certains cadres du parti de Bédié, le corollaire de l'appel de Daoukro serait de faire la passe à leur parti.

Cependant, les cadres de la rue Lepic ne sont pas sur la même longueur d’ondes que leur allié. Pour les barons du RDR, le moment n’est non seulement pas opportun pour évoquer la succession d’Alassane Ouattara, mais aussi qu'il n'est pas question de faire « une passe aveugle » au PDCI.

Le président Ouattara qui s’était déjà agacé après l’interview que Bédié a accordée à Jeune Afrique l’année dernière. En visite de travail en France, ce vendredi 20 avril, le chef de l’Etat a encore réagi aux propos tenus par Bédié à Daoukro. « Tout le monde pourra être candidat », a-t-il tranché, avant d’ajouter que « C'est le meilleur qui sera choisi par cette alliance».

C’est dire que l’alternance en faveur du PDCI n’est pas encore acquise, et des militants du parti septuagénaire ne veulent nullement se leurrer.