Côte d’Ivoire: La députée Mariam Traoré devrait être entendue vendredi par la gendarmerie

Mariam Traoré
Par Emma A.
Publié le 12 février 2019 à 13:03 | mis à jour le 12 février 2019 à 13:03

Dix jours après la diffusion d’une vidéo sur internet dans laquelle, on la voit injurier Sita Coulibaly, la responsable des femmes du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), la députée de Tengréla (nord ivoirien) issue du Rassemblement des républicains (RDR, parti présidentiel) et membre du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), Mariam Traoré devrait être entendue vendredi à la brigade recherches de la gendarmerie à Abidjan à la suite d’une plainte du PDCI.

Mariam Traoré convoquée à la brigade de recherches de la gendarmerie

“J’ai rencontré le procureur de la République qui m’a assuré qu’il avait transféré le dossier à la brigade de recherches de la gendarmerie. La députée y sera entendue vendredi à 09H’’, a confié Me Emile Suy-Bi, avocat du PDCI, joint par téléphone par notre redaction.

Le 04 février, au cours d’une conférence de presse, qu’il avait conjointement animée avec Sita Coulibaly, Me Suy-Bi avait annoncé le dépôt d’une plainte pour “injures et menaces’’ contre la députée.

Réagissant pour la première fois après la diffusion de la vidéo, au cours de cette conférence, Sita Coulibaly a affirmé se sentir “affligée et déçue’’ par les propos “de bas étages’’ de Mariam Traoré.

“Nous ne pouvons plus tolérer qu’on nous vilipende sur les réseaux sociaux’’, avait-elle poursuivi.

Il avait précisé avoir déposé la plainte “à la demande’’ du PDCI “entre les mains du procureur de la République’’. Me Suy-Bi avait ajouté qu’un courrier joint à la copie de la plainte avait été également adressé au ministre de la Justice.

Dans une vidéo d’environ deux minutes, diffusée le 02 février sur les réseaux sociaux, on y voit l’élue de Tengrela, injurier Sita Coulibaly, présidente de l’Union des femmes du PDCI.

Les injures proférées, aussi bien en malinké – langue locale – qu’en français – langue nationale –, touchent directement à l’intimité de la femme. Une séquence abondamment relayée sur les réseaux sociaux et qui a indigné de nombreux internautes, obligeant la députée à présenter ses excuses dans une seconde vidéo.



Articles les plus lus
03