Côte d'Ivoire : Une grève annoncée au Ministère du Commerce

Lettre ouverte du syndicat du Ministère du Commerce au ministre Diarrassouba
Par Dreyfus polichinelle
Publié le 20 mai 2019 à 22:00 | mis à jour le 20 mai 2019 à 22:00

Le ministère du Commerce, de l'Industrie et de la Promotion des PME est en passe de rentrer en ébullition dans les jours à venir. Le Secrétaire général du Syndicat national des agents du Ministère du Commerce de Côte d'Ivoire (Synamic-CI) a annoncé une grève de 5 jours dans ce ministère très sensible. Toto Patrice, le leader de ce mouvement, a, dans une lettre ouverte à l'attention du ministre Souleymane Diarrassouba, donné les raisons de ce débrayage prévu pour la fin du mois de mai.

Lettre ouverte du syndicat du Ministère du Commerce au ministre Diarrassouba

Monsieur le Ministre,

Je voudrais, avant tout propos, vous présenter mes sincères excuses pour le canal utilisé afin de m’adresser à vous.

En Afrique, celui qui dit la vérité est taxé d’irrespectueux, de malpoli ou de personne qui parle mal. Pourtant, il est plus facile de dire la vérité à celui qu’on aime plutôt que de le flatter avec des contre-vérités.

Cadre compétent, Banquier Émérite que vous êtes, le Président de la République de Côte d’Ivoire n’a pas hésité à placer sa confiance en vous, tout en vous confiant trois (03) importants départements, à savoir, le Commerce, l’Industrie et la Promotion des PME.

Avec maestria et dynamisme, vous avez réussi à relever le niveau des importations, des Exportations et de la croissance économique de notre pays. Merci à vous Monsieur le Ministre, pour l’excellent travail abattu.

Cependant, au regard de l’actualité, vos agents ont déposé un préavis de grève pour manifester leur mécontentement face aux nombreux problèmes qu’ils rencontrent.

En d’autres termes, on dira que : vos agents n’ont pas de moyens pour mener à bien leurs missions, ils ont faim et réclament :

- Le paiement de leur prime du 1er trimestre 2019 en souffrance (car, depuis votre arrivée à la tête de ce ministère, leur prime dérisoire a toujours été payée avec beaucoup de retard à la fin de chaque trimestre, à savoir un (1) voire deux (2) mois après le trimestre échu) ;

- Des moyens matériels et logistiques suffisants (véhicules de service, Étalons de vérifications des Instruments de Mesure utilisés dans les transactions commerciales, des ordinateurs…) pour lutter efficacement contre la vie chère ;

- La signature des actes qui garantiraient le rehaussement du niveau de leur prime qui est très dérisoire actuellement et la pérennité de son paiement dans le temps ;

- La mise en place d’un cadre incitateur de promotion des compétences internes, de formations continues, d’assermentation, de promotion de l’Excellence, de mutation et d’épanouissement des agents.

Aussi, Monsieur le Ministre, vos Partenaires Sociaux que sont les syndicats dénoncent la violation de leur droit par certains de vos collaborateurs. Toute chose qui ne participe pas à la consolidation d’un climat de paix sociale dans votre département ministériel.

C’est pourquoi les agents ont décidé de manifester leur mécontentement par un arrêt de travail à partir du 27 jusqu’au 31 mai 2019 inclus afin que vous puissiez les écouter et apporter des solutions durables à leurs préoccupations.

Pour rappel, dans un passé récent, c’était le ministre Jean-Louis BILLON qui occupait ce poste avant vous. En réponse aux problèmes d’alors, il a employé comme solutions : l’emprisonnement de 25 agents, dont une femme enceinte qui a perdu sa grossesse des suites de ces évènements, des menaces physiques avec des coups et blessures sur les agents grévistes, des intimidations de tous genres, la violation des textes réglementaires par la prise d’actes illégaux, les ponctions sur les primes, les suspensions ou relèvements à des fonctions, séquestration et obstruction à la liberté des agents, etc.

Voilà que quelques années après, l’histoire continue toujours de retenir son échec et son passage à vide à la tête de ce département ministériel qui demeure un cauchemar et un regret pour les agents dudit ministère, pour leurs différentes familles, pour leurs amis et connaissances.

Monsieur le Ministre, le destin a voulu que vous soyez à cette place aujourd’hui et que vous vous retrouviez à la croisée des chemins devant les souffrances de vos agents.

En pareille situation, vous serez confronté à deux (02) catégories de ‘’Conseillers’’ :

1- LES RADICAUX OU FAUCONS

C’est la catégorie de personnes, amis et connaissances qui voudront préserver leurs intérêts personnels, égoïstes et égocentriques au détriment des vôtres et de ceux de vos agents.

Ainsi, ils vous diront que la grève annoncée par les syndicats est illégale avec des arguments à l’appui pour vous convaincre, et vous conseilleront la fermeté devant la souffrance des agents. Ils vous demanderont de procéder par : des menaces physiques, des violences, des accusations fallacieuses, des intimidations, des emprisonnements, des ponctions, des suspensions de solde ou du gel des avoirs, des relèvements à des postes de responsabilité, la réquisition illégale des agents, la substitution des fonctionnaires par des non-fonctionnaires, la mise à disposition de la Fonction publique, des mutations abusives, la communication offensive ou défensive et bien d’autres moyens exorbitants…

À la fin de tout ceci, ils vous abandonneront comme ils l’ont fait à vos prédécesseurs qui ne sont plus ministres aujourd’hui, car ils auront réussi à vous faire échouer dans ce ministère.


2- LES MODÉRÉS OU ÉPRIS DE PAIX

C’est la catégorie de personnes, amis et connaissances qui vous aiment sincèrement, qui resteront fidèles à vous et qui ne voudraient pas vous voir échouer.

Ainsi, ils vous diront avec humilité : « Patron ! C’est vrai qu’on peut tout reprocher à ces agents, mais leur grève n’est-elle pas légitime ? Voyez-vous, ça fera bientôt cinq (05) mois qu’ils n’ont pas encore perçu leur prime du 1er trimestre 2019. Il y a un adage qui dit que ‘’ventre affamé n’a point d’oreilles’’. Pis, vous avez cautionné une injustice de fait entre vos agents du même ministère en procédant au paiement de la prime d’une partie de ceux-ci au grand dam des autres qui attendent toujours depuis des mois. Patron ! Nous ne souhaitons même pas que vous soyez à leur place actuellement, car ils ont besoin de cette prime pour faire face à leurs nombreuses charges (paiement de loyers, remboursements des prêts contractés avec les banques, factures, transports, nourritures...). Vous savez qu’un sac vide ne peut s’arrêter. Donc, Patron, au lieu de laisser la situation s’enliser par cette grève, il serait très judicieux de votre part de trouver des solutions durables et définitives à cette épineuse question de prime, surtout qu’on tend allègrement vers la fin du 2e trimestre encore. Patron ! Asseyez-vous et discutez avec eux dans un climat apaisé ».

Les conseils de cette catégorie de personnes ne sont pas un aveu de faiblesse, encore moins une capitulation. Mais plutôt une arme destinée aux plus forts.

Monsieur le Ministre, au regard de ce qui précède, je voudrais humblement vous inviter au discernement, à un sens élevé du social dans ce mois de pénitence, à la recherche de solutions concrètes aux problèmes des agents, étant donné que le Gouvernement a décrété l’année 2019 comme étant ‘’l’année du social’’.

Marquez votre passage à la tête de ce département ministériel par des actions fortes et positives qui contribueront à l’amélioration des conditions de vie et de travail de vos agents. Ils ont placé leur espoir en vous, ne les décevez pas. Monsieur le Ministre, vous en êtes capable, j’en suis convaincu et l’histoire le retiendra.

Tout en vous remerciant pour l’intérêt que vous accordez à ma lettre, je vous prie de recevoir, Monsieur le Ministre, l’expression de ma considération distinguée.

TOTO PATRICE

SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DU SYNDICAT NATIONAL DES AGENTS DU MINISTÈRE DU COMMERCE DE CÔTE D’IVOIRE (SYNAMIC-CI).