Côte d'Ivoire : Jean-Louis Billon s'attaque à nouveau au franc CFA

Jean Louis Billon se prononce sur le Franc CFA

La question du franc CFA continue de susciter la polémique chez les économistes et autres observateurs de cette zone monétaire. Pour Jean-Louis Billon, cette monnaie présente aussi bien des avantages que des inconvénients.

La vision mitigée de Jean-Louis Billon sur le franc CFA

Que n'a-t-on pas entendu du franc CFA, la monnaie issue de la colonisation qui continue pourtant d'être utilisée dans plusieurs anciennes colonies françaises ? Grâce à l'arrimage à l'Euro, la convertibilité de cette monnaie est garantie en tout temps par cette monnaie communautaire européenne.

Cependant, face aux critiques virulentes portées par des figures emblématiques, dont l’ex-ministre togolais de la Prospective, Nubukpo Kako, et l'activiste franco-béninois Stellio Gilles Robert Capo Chichi alias Kémi Seba, contre cette monnaie, le président français Emmanuel Macron s'est voulu formel : « Personne n’oblige quel qu’Etat que ce soit à en être membre. »

Toutefois, Jean-Louis Billon, ancien ministre ivoirien du Commerce, présenté par le magazine américain Forbes comme l'Ivoirien le plus riche, a une vision quelque peu mitigée. A en croire ce cadre du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI) : « Le principal avantage (du franc CFA) c’est la stabilité monétaire que nous connaissons dans notre sous-région. En 50 ans, nous n’avons connu qu’une seule dévaluation (1994, ndlr) qui a été lourde, difficile, mais qui a été relativement bien gérée par les Etats membres. »

N'empêche que cette monnaie est relativement limitée dans sa compétitivité avec les monnaies des pays émergeants de l'Asie. « Si vous êtes en compétition avec des pays asiatiques, quand leurs monnaies fluctuent par rapport au dollar, les plus faibles (pays avec une monnaie faible) sont meilleurs à l’exportation que nous », a fait remarquer l'homme d'affaires ivoirien.

Notons que le débat sur le franc CFA est loin d'être épuisé dans la mesure où, en dépit des nombreuses critiques portées contre cette monnaie, des dirigeants africains y restent fortement attachés, craignant de tenter une aventure aux conséquences incalculables, quand bien même les peuples d'Afrique aspirent à s'affranchir de cette monnaie coloniale.