Réseaux sociaux : Vers la fin des « like » sur Facebook ?

Les administrateurs du réseau social le plus populaire veulent privilégier le message véhiculé par une publication.

Facebook s'attaque aussi aux « like ».
Par Ange Atangana
Publié le 04 septembre 2019 à 16:38 | mis à jour le 04 septembre 2019 à 16:38

Un responsable de Facebook a confirmé que les administrateurs du réseau social envisagent de supprimer le décompte de « like » sur les publications de leurs utilisateurs.

Facebook songe à supprimer ses célèbres mentions « J'aime».

Une autre révolution s'annonce chez le géant américain Facebook et pas n'importe laquelle. Le célèbre réseau social compte en effet mettre fin au décompte affichant le nombre de « like » ou « J'aime » reçu par une publication.

Mardi, un porte-parole de Facebook a confirmé cette information à l'AFP même si aucune décision n'a encore été prise. Avec cette mesure, les administrateurs du réseau social veulent s'attaquer à la course du nombre de « J'aime » à laquelle se livrent leurs utilisateurs au quotidien. Surtout, ils veulent que le message publié sur leur plateforme soit la priorité et non le nombre de réactions sucitées.

Propriétaire d'Instagram, l'entreprise Facebook a déjà testé une nouvelle version de cette application sans « like » sur cet autre réseau social. Seul l'utilisateur peut voir le nombre de « J'aime » que sa publication a reçue. Le décompte ici n'est plus public. Si la mesure peut attenuer la frustration de certains Facebookeurs, les administrateurs du réseau social craignent de perdre des annonceurs.

Ces derniers se basent justement sur le nombre de mentions reçues par les publications pour lancer leurs campagnes publicitaires. Twitter a déjà renoncé à supprimer le décompte sur sa plateforme. Kayvon Beykpour, directeur produit de Twitter, a constaté que les utilisateurs s’intéressaient moins aux tweets quand il n’y avait pas les statistiques de popularité en dessous. « Quand vous enlevez ces indicateurs, les gens s’impliquent moins », a-t-il assuré lors d’une conférence de presse à San Francisco en août.



Articles les plus lus