Heurts policiers-Forces Spéciales : Ce qu'il s'est réellement passé

Les éléments des Forces spéciales ont été maîtrisées à la Préfecture de Police
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 20 septembre 2019 à 09:33 | mis à jour le 20 septembre 2019 à 09:33

On en sait un peu plus sur les heurts qui ont opposés éléments des Forces spéciales et leurs frères d’armes de la Préfecture de police d’Abidjan, jeudi 19 septembre 2019.

Toute la lumière sur l' incident entre Forces spéciales et policiers à la Préfecture de Police

Une note co-signée du directeur général adjoint de la police nationale, chargé de la police scientifique, le Commissaire divisionnaire major Adama Ouattara, et du général de brigade Kouamé N’dri Julien, Chef d’Etat-major général des armées, nous apprend que la présence d’un détachement des éléments des Forces spéciales, dans la matinée du jeudi 19 septembre 2019, à la Préfecture de Police d’Abidjan était bel et bien une mission officielle.

Ces onze éléments des Forces spéciales arrivés à bord d’un véhicule pic-nic, comme le présentaient les images relayées sur les réseaux sociaux, avaient pour mission de certifier l’identité d'un des leurs, interpellé la veille au cours d’une opération de rafle générale.

«Un détachement a été dépêché pour certifier son identité. L’arrivée à la Préfecture de Police de ce détachement a suscité un malentendu qui a entraîné des échauffourées», précise le communiqué. Informé de la situation, poursuit le communiqué, les autorités policières et militaires se sont dépêchées sur le lieu, et le calme est revenu. Une enquête a été ouverte pour que soit situées les responsabilités.

Aux premières heures de l’incident, les informations rapportées faisaient cas d’un détachement des Forces spéciales, qui avait tenté d’extirper de force un des leurs, interpellé la veille à la suite d’une opération de rafle générale.


Ces éléments des forces spéciales ont été tenus en respect par les policiers qui ont refusé de se faire humilier sur leur propre base. Laquelle version des faits, a suscité une vive polémique sur les réseaux sociaux.



Articles les plus lus
01
04