Mali : Un poste à péage attaqué, un gendarme tué

Une nouvelle attaque fait un mort au Mali
Par K. Richard Kouassi
Publié le 18 février 2020 à 16:03 | mis à jour le 18 février 2020 à 17:39

Au Mali, l'attaque d'un péage à la sortie de Bla, dans les environs de Koutiala, au nord de Sikasso, a causé la mort d'un gendarme et fait un blessé. Les faits se sont déroulés le lundi 17 février 2020 aux alentours de 22 heures.

Une nouvelle attaque fait un mort au Mali

"Le poste de péage situé à la sortie de Bla vers Koutiala vient d’être attaqué par des individus armés sur des motos, ce jour 17 février. Le bilan provisoire fait état d'un gendarme tué et un autre blessé. Nos condoléances à la famille du défunt et prompt rétablissement au blessé", a annoncé Yaya Sangaré, ministre malien de la Communication, chargé des Relations avec les institutions et porte-parole du gouvernement à travers un tweet.

Selon les informations, l'individu blessé lors de l'attaque est un péagiste. Pour l'heure, aucune information n'a été fournie sur son état de santé. Les assaillants au nombre de quatre sont arrivés à moto. Après l'attaque, ils seraient repartis avec une forte somme d'argent. Au Mali, les attaques perpétrées par des individus armés se succèdent sans qu'aucune solution concrète ne soit trouvée.

Dans la nuit du jeudi 13 au vendredi 14 février 2020, des assaillants ont pris d'assaut la localité de Ogassagou (centre du pays). Le bilan de l'attaque est de vingt morts, dont certains calcinés. Mais un élu local annonçait plutôt onze morts. C'est surement ce qui a amené Ibrahim Boubacar Keita, président de la République du Mali, à reconnaitre la montée en puissance de ces groupes armés qui endeuillent son pays.


"Le Sahel est dans une situation très préoccupante. Ces derniers mois, nous avons senti comme une sorte d’aguerrissement des forces adverses. Nous avons senti comme une sorte de maitrise du terrain", a affirmé le président malien en marge du sommet de l'Union africaine à Addis-Abeba, le dimanche 9 février 2020.