Titrologie : Revue de la presse ivoirienne du 24 février 2020

Titrologie : Revue de la presse ivoirienne du  24 février 2020
Par K. Richard Kouassi
Publié le 24 février 2020 à 07:42 | mis à jour le 24 février 2020 à 10:28

Lundi 24 février 2020, la titrologie ou la revue de la presse ivoirienne porte l'empreinte de l'actualité politique. Les médias traitent de la présidentielle du 31 octobre 2020, qui attisent toutes les attentions. Il est également question de l'opération d'établissement des nouvelles cartes nationales d'identité (CNI).

Titrologie, la présidentielle d'octobre 2020 en vedette

Une grosse annonce en couverture de Le Nouveau Réveil, du lundi 24 février 2020. "Présidentielle d'octobre 2020, Mabri annonce sa candidature contre Gon", titre ce journal proche du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI). Notre confrère explique aussi "pourquoi l'Elysée préfère" le président de l'Union pour la démocratie et la paix en Côte d'Ivoire (UDPCI) au Premier ministre ivoirien. Dans sa titrologie, Le Jour Plus, mentionne que le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) "lance l'opération "on va fermer leur bouche" ". Dans les colonnes de ce journal, on apprend également que pour la paix et la cohésion sociale, Adama Toungara, médiateur de la République, "met les chefs traditionnels de l'Ouest en mission".

Pour sa part, Fraternité Matin, nous explique que Kobenan Kouassi Adjoumani, prenant part au Salon de l'agriculture de Paris, a donné les enjeux d'un tel événement. Le Quotidien d'Abidjan, écrit qu' "après l'Église catholique, des protestants évangéliques" sont en colère contre le régime d'Alassane Ouattara. Le Nouveau Courrier, accorde sa Une à l'ancien ministre Hubert Oulaye, qui "fait le grand déballage" à propos du retour en Côte d'Ivoire de Laurent Gbagbo, du procès à La Haye, l'unité du Front populaire ivoirien (FPI) et l'élection de 2020.

Bruno Koné, dont les propos sont repris par Le Sursaut, affirme que "le bilan du RHDP fait peur à l'opposition". Soir Info, écrit à sa Une que "le PDCI confie un document confidentiel à une haute autorité française". Kaweli Ouattara, député proche de Guillaume Soro, assure dans les colonnes de Générations Nouvelles, que le retour de son mentor "ne souffre d'aucun doute".


Pour Aujourd'hui, il est clair que l'établissement de la carte nationale d'identité est une "cacophonie et un foyer de discorde". Sur le même sujet, Le Temps, explique "pourquoi Ouattara bâcle délibérement l'identification". Dans L'Inter, Simone Gbagbo annoce que son époux est "prêt à descendre dans l'arène".