Sécurité : La police incendie un fumoir en construction à Attécoubé

La police mène une opération de sécurité à Attécoubé
Par K. Richard Kouassi
Publié le 12 mai 2020 à 18:58 | mis à jour le 12 mai 2020 à 19:03

Dans le cadre d'une opération de sécurité dans la commune d'Attécoubé, la police nationale a procédé à la destruction d'un fumoir en construction au quartier Opera. Le commissaire Placide Yao et ses hommes ont mis la main sur plusieurs quantités de cannabis. L'information émane de la Direction générale de la police nationale.

La police mène une opération de sécurité à Attécoubé

Dans la commune d'Attécoubé, le commissaire Placide Yao et ses éléments se sont déployés au quartier Opera pour une vaste opération de destruction de fumoirs. Au cours de l'opération, les agents de police ont jeté leur dévolu sur un fumoir en construction. Les faits se sont déroulé le mardi 12 mai 2020. Il était environ 6 heures 40 minutes quand les hommes en tenue ont investi les lieux. Une fois à la gare du Tchologo, ils découvrent un fumoir en construction. Sans perdre de temps, les policiers mettent le feu à cet endroit malfamé, futur nid de bandits et de voyous.

Cette opération de sécurité a permis à la police nationale de saisir 15 blocs de cannabis, un bidon de grains de cannabis, deux mèches de cannabis, deux machettes, trois couteaux, quatre paires de ciseaux, mais également 15 paquets de produits pharmaceutiques non enregistrés, trois paquets de papiers OCB et un ventilateur. Une opération de ce genre a déjà été menée en octobre 2019 et plusieurs fumoirs avaient été démantelés.


On se rappelle qu'il y a un an, les populations de la commune d'Attécoubé s'étaient révoltées contre les délinquants juvéniles, communément appelés "microbes". Les habitants, qui en avaient marre des agressions perpétrées par ces délinquants, ont pris la rue pour manifester contre l'insécurité dans les quartiers. C'était le lundi 20 mai 2019. Ce jour-là, la police a dispersé les manifestants à l'aide de gaz lacrymogène. Les agressions se sont multipliées pendant la tenue du jeûne musulman. Les populations invitaient les autorités ivoiriennes à prendre toutes les dispositions afin de ramener la sécurité et la quiétude dans la commune dirigée par Danho Claude Paulin.