Covid-19: L'UE ouvre ses frontières à 15 pays dont 4 africains

L'UE va rouvrir ses frontières le 1er juillet.
Par Abraham KOUASSI
Publié le 30 juin 2020 à 18:46 | mis à jour le 30 juin 2020 à 18:46

A partir du 1er juillet, l’Union européenne (UE) va ouvrir ses frontières aux voyageurs issus de 15 pays étrangers. Si la Chine en fait partie, ce n’est pas le cas pour les Etats-Unis.

L’UE rouvre ses frontières

Une nouvelle étape dans le processus de normalisation de la vie en période de covid-19. L’UE va ouvrir, à compter du mercredi 1er juillet 2020 ses frontières à des voyageurs issus de 15 pays. Ce sont l'Algérie, l'Australie, le Canada, la Géorgie, le Japon, le Monténégro, le Maroc, la Nouvelle-Zélande, le Rwanda, la Serbie, la Corée du Sud, la Thaïlande, la Tunisie et l'Uruguay et surtout la Chine. Les voyageurs issus du pays où le virus est apparu fin 2019 sont donc autorisés à voyager au sein des pays de l'UE. Les Etats-Unis, pays qui compte à ce jour le plus grand nombre de décès dus au coronavirus, ne sont pas sur cette liste. Cette liste va être actualisée toutes les deux semaines en fonction de l’évolution de la pandémie dans les pays du monde.

L 'ue autorise 4 pays africains

Continent le moins touché par la pandémie, l’Afrique voit depuis quelques semaines le nombre de cas enregistrés sur son sol augmenter de façon importante. Si plusieurs pays du continent ont déjà décidé ou entendent prochainement rouvrir leurs aéroports aux voyageurs internationaux, seuls quatre pays d’Afrique verront leurs voyageurs être autorisés à rejoindre l’UE au moins pour les deux prochaines semaines. Il s’agit du Maroc, de l’Algérie, de la Tunisie et du Rwanda.


Ces trois pays ont mis sur place des plans de riposte dont l’efficacité a été saluée à plusieurs niveaux, notamment par l’UE. Au cours d’un entretien accordé à Jeune Afrique, Paul Kagamé, président du Rwanda, a ainsi expliqué que son pays gère la crise « du mieux qu’il peut ». « Nous avons su gérer la maladie dans les zones urbaines, nous faisons maintenant de même en zone rurale », a expliqué l’homme fort de Kigali.