Titrologie 20 octobre 2020: «Des morts, des blessés, des biens détruits»

Titrologie 20 octobre 2020: «Des morts, des blessés, des biens détruits»
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 20 octobre 2020 à 09:23 | mis à jour le 20 octobre 2020 à 09:23

Titrologie. Le communiqué final de la mission de la CEDEAO en Côte d’Ivoire et les violences survenues dans le pays, lundi, occupent l'essentiel des Unes des journaux ivoiriens de ce mardi 20 octobre 2020.

Titrologie: "Bédié et Affi tenus pour responsables de tout ce qui pourrait en résulter comme drame"

« La CEDEAO condamne fermement les actes de violences », pointe à sa Une le confrère gouvernemental Fraternité Matin. Qui ajoute que l'organisation sous-régionale recommande aux candidats Affi N’guessan et Henri Konan Bédié de privilégier « la voie des urnes ».

« La mission ministérielle demande aux candidats du PDCI-RDA et du FPI de reconsidérer leur décision de boycott actif », poursuit le journal. Pour le Jour Plus, cette déclaration des émissaires de la CEDEAO, est un gros « désaveu » pour l’opposition ivoirienne, engagée dans un bras de fer avec le pouvoir, en vue de la mise en place des conditions garantissant la tenue d’un scrutin apaisé, crédible et transparent.

« La CEDEAO gifle Bédié et Affi », écrit pour sa part le Patriote sur le même sujet. « La CEDEAO avoue sa complicité avec le régime », retient quant à lui le Quotidien d’ Abidjan de la déclaration des émissaires sous-régionaux.

« La CEDEAO laisse la patate chaude aux ivoiriens », écrit à sa manchette Le Nouveau Réveil. « La CEDEAO choisit la fermeté ….Affi et Bédié invités à reconsidérer leurs mots d’ordre de boycott actif et tenus pour responsables de tout ce qui pourrait en résulter comme drame », lit-on à la Une de l’Intelligent d’Abidjan.

Outre les recommandations de la mission de la CEDEAO, la presse ivoirienne fait également écho des violents évènements survenus à Abidjan et dans d’autres villes de l’intérieur du pays.


« La Côte d’Ivoire en ébullition hier », écrit le Nouveau Réveil sur le sujet. « Ouattara, ton pays est totalement paralysé », interpelle L'Héritage. « Des morts, des blessés, des biens détruits», informe le Bélier Intrépide sur le bilan de cette chaude journée de « contestation ».




Articles les plus lus