Mali: IBK assure qu’il tiendra sa promesse de "bonne gouvernance"

Le président malien IBK

Le président malien Ibrahim Boubacar Keita (IBK), réélu en août 2018 pour un second quinquennat, a assuré lundi qu’il "tiendra sa promesse (électorale) de bonne gouvernance au Mali", dans son message à la nation, à l’occasion du nouvel an.

IBK envisage des réformes politiques

"Dans la campagne électorale (…), je vous ai promis une meilleure gouvernance, pour les cinq prochaines années, des réformes politiques et institutionnelles courageuses, une croissance économique inclusive, le développement du capital humain et l’inclusion sociale", a énuméré IBK, ajoutant : "je le ferai", dans son discours à la télévision nationale.

Réaffirmé sa volonté d’engager des réformes institutionnelles, le chef de l’Etat malien a soutenu qu’"il est indispensable d'entamer une révision constitutionnelle pour l'évolution de la démocratie au Mali".

Il y a une semaine, à l’occasion de son 100e jour de gouvernance, IBK a chargé son Premier ministre Soumeylou Boubèye Maiga de "mettre en place un comité d’experts qui ferait des propositions en vue de la révision de la constitution et les réformes institutionnelles", estimant que ces mesures "permettront de renforcer la démocratie" au Mali.

Relativement à la situation sécuritaire à laquelle fait face le Mali depuis le coup d’Etat de 2012 et l’occupation djihadiste dans la moitié Nord du pays, IBK a été sans détour en affirmant : "le terrorisme dans notre pas sera vaincu (parce que) confronté au rouleau compresseur de sécurité mis en place" par les troupes nationales et étrangères.

Pour y arriver, le président malien a demandé l’union de tous ses compatriotes, dénonçant "les conflits intercommunautaires" qui plombent selon lui "les avancées contre les forces ennemies".