Côte d’Ivoire - ONU Femme : Marie Goretti remplacée par une nouvelle Représentante Résidente

Marie Goretti : La Nouvelle représentante résidence de ONU femme, présente ses lettres de créances

Marie Goretti, ex représentante résidente de l'ONU femme en Côte d'Ivoire a finalement fait ses adieux à la Côte d’Ivoire après plusieurs années de services sous tension dans le pays. Ses relations quasi exécrables avec plusieurs associations de femmes de Côte d’Ivoire avaient gravement entaché sa mission. Les femmes de Côte d’Ivoire n’avaient pas hésité à exiger son départ à travers des manifestations. L’ONU a finalement procédé à son remplacement. Quelle est sa vision de la lutte en faveur du genre, quelles sont les attentes des femmes ?

Marie Goretti remplacée par Une nouvelle représentante de l'ONU Femme en territoire hostile?

Le mardi 20 Février 2019, Madame Antonia NBAGALA-SODONON était reçue en audience par le ministre des affaires étrangères de Côte d’Ivoire, S.E.M Marcel AMON-TANOH. La nouvelle Représentante en Côte d’Ivoire des Nations Unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes ou ONU Femmes, prend la suite d’une mission difficile. Marie Goretti, l’ex représentante résidente, avait finalement fait ses adieux à la Côte d’Ivoire après plusieurs années de services dans un contexte de tension permanente avec plusieurs associations de femmes de Côte d’Ivoire qui exigeaient son départ. La volonté de voir Marie Goretti, avait donné lieu à des manifestations publiques qui avaient gravement entaché sa mission en Côte d’Ivoire. De mémoire, il n’y avait que les représentants spéciaux de l’organisation onusienne dans la crise ivoirienne qui avaient été décriés à l’instar de Albert Tevoedjre de février 2003 à janvier 2005 ou encore Young-Jin Choi d’Octobre 2007 à Aout 2011. Jamais une structure technique n’en avait été l’objet. L’ONU a finalement procédé à son remplacement par Madame Antonia NBAGALA-SODONON.

Une experte du Genre et Conflit à la rescousse

Précédemment coordinatrice du programme pour la paix et la sécurité de l’Union Africain, puis en charge du programme Genre et Conflit, la représentante résidente de ONU femmes a, dès son arrivée en Côte de Côte d’Ivoire, été reçue par le ministre des affaires étrangères afin de lui présenter sa lettre de créance. Lors de l’entretien qu’ils ont eu après les civilités d’usage, S.E.M Marcel AMON-TANOH conscient de la situation de crise, a « assuré de sa disponibilité ainsi que celle de ses collaborateurs à fournir à Madame Antonia NBAGALA-SODONON tout l’appui et l’assistance dont elle aurait besoin pour la facilitation de sa mission », de source ministérielle. Le ministre a ensuite fait l’état des lieux de la politique du gouvernement pour l’égalité des genres, avant d’indiquer que depuis sa prise de fonction, le ministère veille à établir un équilibre dans la responsabilisation des diplomates. Selon S.E.M Marcel AMON-TANOH, des résultats encourageants sont enregistrés. Ainsi, « sur quarante-trois (43) Ambassadeurs, dix-neuf (19) sont des femmes dont dix (10) ont été nommés ces deux dernières années. De même, six (6) femmes aujourd’hui contre quatre (4) auparavant dirigent des Directions importantes. Mais des efforts restent encore à faire en ce qui concerne l’action du gouvernement ». Le Ministre, a toutefois, révélé que, nonobstant, la volonté affichée par les autorités ivoiriennes, en particulier le Chef de l’Etat, S.E.M. Alassane OUATTARA, de parvenir à l’égalité des genres, les résultats sont encore en deçà des espérances ou des normes internationales.

L’urgence de l’opérabilité des mécanismes de la politique en faveur de la femme

A son tour de parole, la nouvelle Représentante en Côte d’Ivoire des Nations Unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes a révélé que « l’ambition et la volonté des autorités ivoiriennes sont prises en compte dans les 5 domaines prioritaires de l’organisation qu’elle représente ». Cependant, « les mécanismes de mise en œuvre de les composant les axes prioritaires ne sont pas encore intégrés par tous les acteurs ». Cette circonstance ne facilite pas l’interaction de toutes le structures en charges des questions de genre. Il faut, selon elle, définir une stratégie d’opérationnalisation de ces axes, car la situation de la femme reste préoccupante en Côte d’Ivoire. Selon le rapport Selon le rapport sur le développement humain 2015 établi par le PNUD, l’indice de développement humain (IDH) de la Côte d’Ivoire, les femmes sont les plus exposées aux VIH/SIDA. 69% des 450 000 séropositifs sont des femmes. Une situation sanitaire assez préoccupante qui s’ajoute à la dureté des tâches de femmes en milieu rurales. Au niveau de l’instruction de la femme, la Côte d’Ivoire est encore en retard car plus de la moitié des femmes (53%) de 15 à 49 ans sont sans instruction. Cela rend d’autant plus difficile leur insertion sociale que le chômage de la population féminine est élevé. Dans la région du Nord-Ouest, l’on observe la proportion la plus élevée de femmes sans niveau d’instruction 83% de la population. Le taux d’alphabétisation (Proportion de personnes âgées de plus de 15 ans sachant lire/écrire) varie aussi de manière importante selon le milieu de résidence : 53% des femmes et 76% des hommes sont alphabétisés en milieu urbain contre respectivement 21% et 45% en milieu rural (INS et ICF International, 2012). Un chantier immense qui nécessite l’implication véritable de tous les acteurs, pour définir une stratégie d’opérationnalisation de ces axes.

Au regard de la situation et de l’ampleur de la tâche, Madame Antonia NBAGALA-SODONON a sollicité l’appui des autorités ivoiriennes pour la réussite des programmes de l’organisation. De sources ministérielles, S.E.M. Marcel AMON-TANOH lui a assuré son soutien et son appui. Il a promis, sur la suggestion de Madame SOBONON, de designer deux (2) points focaux qui viendront suivre ces questions, car le rôle des femmes est primordial dans l’harmonie sociale d’une nation. Après ces échanges prometteurs, Madame Antonia NBAGALA-SODONON nouvelle Représentante en Côte d’Ivoire de ONU Femmes a remis les copies figurées de ses lettres de créance au Chef de la diplomatie ivoirienne, avant de recevoir de la part du ministère, des cadeaux et de sacrifier à la traditionnelle photo de famille.

Nelson ZIMIN