Au Mali, le mouvement anti-français +On a tout compris+ annonce "des actions contre les intérêts de la France pour se faire comprendre" (ITW)

Mali, Demba Dembélé, Porte-parole du mvt

Après avoir manifesté le 22 février devant l'Ambassade de France à Bamako contre l'arrivée au Mali du Premier ministre français Edouard Philippe, le mouvement de la Société civile "On a tout compris" et son porte-parole Demba Dembélé accusent les autorités maliennes de cautionner le pilliage par l'ancienne colonie, du sous-sol malien et annonce des actions contre les intérêts de la France au Mali pour se faire comprendre, dans une Interview.

Selon Demba Dembélé, "la paix au Mali n'arrange pas" la france

En 2018, année de la création de votre mouvement, vous avez exprimé votre gratitude à l'égard de la France pour être intervenue d'urgence en janvier 2013, pour stopper net l'avancée terroriste au Mali. Mais depuis lors, vous dénoncer désormais cette présence sur le sol malien, que reprochez-vous concrètement à la France ?

Nous, mouvement on a tout compris, avons compris en fait que l'armée française n'est pas ici au Mali pour les intérêts des Maliens. On a compris que la France n'est pas là pour aider les Maliens, parce que, s'ils étaient là pour aider les Maliens à retrouver leur souveraineté, pour que l'armée malienne soit redéployée sur tout le territoire national, pour que les Maliens soient sécurisés par les Maliens, la guerre et les tueries actuelles n'auraient jamais eu lieu. Alors, nous disons qu'ils ont un autre agenda que nous connaissons et c'est pour cela que nous sommes réveillés et nous mettrons tout en œuvre pour montrer aux Maliens et à la communauté internationale que les Français sont au Mali pour leurs intérêts cachés.



A quoi faites-vous allusion exactement lorsque vous parlez d'agenda caché ?

Nous avons des témoignages de la population, des gens qui sont sur le terrain et qui disent que ce sont les Français qui sont en train de piéger l'armée malienne aujourd'hui un peu partout. Il y a des bombes qui sont placées par-ci, par-là, des morts tout le temps. On ne peut pas comprendre que l'Armée française soit présente au Mali avec des drones, des je ne sais quoi, et que des Maliens soient tués tous les jours. Cela n'est pas possible, et ils ont surement une complicité là-dedans.

Un autre exemple, lorsqu'il y a affrontement entre l'armée malienne et des groupes terroristes, lorsque c'est l'armée malienne qui a le dessus, l'armée française ou la MINUSMA créé une zone tampon entre les Maliens et ces terroristes, mais quand c'est le contraire, et que ce sont ces narcotrafiquants qui sont en train de tuer nos soldats, on les laisse faire. C'est pourquoi, nous disons qu'ils ont d'autres intérêts qui ne sont pas ce qu'ils disent qu'ils vont faire, ou ce qu'ils annoncent dans les médias.


Mais ce que vous dites ne suffit pas pour parler d'agenda caché ...

Aujourd'hui dans le Nord du Mali, à Asongo, Ménaka, Kidal, il y a des zones où se trouve ce qu'on appelle le gravier rare, et ce gravier-là est exporté à travers la frontière burkinabé. C'est une zone où l'or se trouve à ciel ouvert. Tout ça est exploité aujourd'hui par la France, comme elle le veut, sans contrôle des Maliens, de l'armée malienne et des impôts maliens, cela n'est pas acceptable.


Vous n'ignorez pas que dans cette lutte pour la stabilité du Mali, la France a perdu 24 soldats depuis 2013 et infligé de sérieux dégâts à l'adversaire, dont l'élimination d'importants chefs djihadistes ?

La France a eu 24 morts, mais ce sont 24 morts pour leurs propres intérêts et non les intérêts du peuple malien. De plus, Amadoun Kouffa, l'un des chefs djihadistes, dont vous parlez et qui avait été annoncé pour mort a fait une vidéo pour démentir sa mort. Cela reste à vérifier, mais c'est pour vous dire que toutes ces annonces de la France, c'est du cinéma, c'est de la comédie.


Au-delà de tout ce que vous dites, la France, à travers son Premier ministre en visite du 22 au 24 février dans votre pays, dit, ''nous resterons au Mali aussi longtemps que les autorités maliennes le voudront''. Est-ce que vous n'êtes pas en contradiction avec la volonté du gouvernement ?

Aujourd'hui, nous pensons que les autorités maliennes sont des gens qui ont les mains dans le dos, qui ne peuvent absolument rien faire. Ce sont des gens qui sont en train de voler le peuple malien et qui ont les mains sales.


Est-ce qu'il est bien pour vous de tenir de tels propos en tant que mouvement de la société civile ?

Quand il y a un problème, nous sommes libres de dénoncer et dire ce que nous voulons, sans hésitation. Nous pensons que notre gouvernement actuel n'est pas responsable. Tous les Maliens savent que c'est la France et sa monnaie, le Franc CFA qui sont derrière tous les problèmes que nous vivons aujourd'hui. Alors, il faut que le président et son gouvernement soient responsables et qu'ils disent la vérité aux Maliens.


La visite d'Edouard Philippe au Mali, s'est soldée sur la signature de plusieurs accords de financement de plus de 50 milliards de FCFA, cela n'est-il pas un signe en faveur du Mali ?

(Sur un ton ironique) C'est de la comédie. Si la France nous donne 50 milliards de FCFA aujourd'hui, c'est qu'elle va gagner plus que le triple. Nous disons que tant que la France est sur notre territoire, il n'y aura pas de paix, parce que la paix au Mali ne l'arrange pas, car si nous avons la paix, nous n'aurons plus besoin d'eux et de leurs caprices.


N'est-ce pas audacieux de vous en prendre ainsi à votre ancien colonisateur, dont vous utilisez la langue comme langue officielle ?

Ce n'est pas audacieux. Plusieurs pays, dont la Chine, sont aujourd'hui présents sur le sol malien. Nous utilisons la langue chinoise, de même que l'anglais, mais pourquoi ces pays ne s'immiscent pas dans nos affaires intérieures comme le fait la France ? C'est une ancienne colonie comme vous le dites, mais elle ne joue pas son rôle. Jusqu'à présent la France nous colonise, c'est ça qui est le problème et c'est une telle ingérence que nous dénonçons.


Vous prônez le nationalisme pur, mais pensez-vous que les Forces armées maliennes (FAMA) sont actuellement capables de défendre toutes seules le territoire malien, surtout qu'elles ont presqu'été décimées, lors de la crise de 2012 ?

Merci. Nous, nous pensons aujourd'hui qu'aucune autre armée, aucun mouvement ne peut sécuriser le Mali à la place des Maliens. Si la France veut aider le Mali, alors qu'elle fasse tout pour mettre l'armée malienne au point si elle ne l'est pas et qu'elle la forme. Si tout l'argent mobilisé aujourd'hui pour l'armée française, la MINUSMA, et les autres forces présentes au Mali étaient injectés directement dans les FAMA, je vous assure que dans une semaine la guerre finira au Mali. Ce n'est pas possible qu'autant de milliards soient injectés dans d'autres armées ici et là, pendant que des groupuscules armés détruisent le Mali. Regardez la MINUSMA, elle n'arrive même pas à se sécuriser elle-même, alors comment peut-elle sécuriser les autres. Ils sont tous là pour d'autres intérêts, il faut que les Maliens le sachent.


Que comptez-vous faire ou poser comme action pour mettre fin à cette ingérence française au Mali, comme vous le dites ?

La France a beaucoup d'intérêts au Mali que je ne citerai pas et contre lesquels nous mènerons des actions. Je ne veux pas rentrer dans le fond, mais nous avons déjà un plan pour pouvoir poser des actions efficaces qui soient visibles dans le monde. Dans les jours à venir, Inch'Allah vous verrez ces actions.