Côte d'Ivoire: "Soro n’est pas un poids politique effrayant", déclare Nassénéba Touré

Nassénéba Touré ne craind poinrt Guillaume Soro dans le nord de la Côte d'Ivoire
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 11 avril 2019 à 16:18 | mis à jour le 12 avril 2019 à 11:05

Madame Nassenéba Touré, coordinatrice du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) du département d’Odienné, et Maire de ladite commune, a évoqué le cas Guillaume Soro, ex-president du Parlement ivoirien, en disgrace avec son ex-parti, le Rassemblement des Republicains (RDR), épine dorsale du RHDP.

RHDP, Nassénéba Touré minimise le départ de Guillaume Soro

Le refus de Guillaume Soro d'adhérer du RHDP, selon Mme Nassénéba Touré, ne gènerait en rien les plans de sa formation politique, qui ambitionne de conserver le pouvoir d'Etat au soir du scrutin présidentiel de 2020. Contrairement à certaines appréciations, la Maire d'Odiénné a soutenu que le départ de Soro du camp présidentiel ne présage en aucun cas la division du nord en deux grands blocs électoraux.

A l'en croire, cette région demeure la chasse gardée du RHDP et la prochaine élection présidentielle qui aura lieu dans exactement 18 mois en sera une parfaite illustration. "Il n’y a aucune division dans le nord, je vous le confirme. Et le nord aura l’occasion de le prouver dans si peu de temps", a-t-elle fait savoir. Ajoutant que le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix demeure une grande force politique, qui ne saurait être ébranlée par l'absence de Guillaume Soro.

"En ce qui concerne le RHDP, il n'est pas un poids effrayant", a martélé Nassénéba Touré. "Quiconque se mettra à notre travers sera battu à plate couture. De toutes les façons, on reconnaîtra le vrai maçon au pied du mûr ", a-t-elle ajouté.

L'idylle entre l'ex-chef de la rebellion et ses soutiens du RDR s'est muée en des relations parfois tendues. Cette atmosphère délétère qui prévaut entre les alliés d'hier s'est accentuée, après que ce dernier ait été contraint à quitter la présidence de l'Assemblée nationale.

Soro vise désormais le fauteuil présidentiel, et il le fait savoir à qui veut l'entendre. Présent depuis le 25 mars 2019, dans le nord du pays, où il régnait en maître absolu à l'époque de la rébellion, Guillaume Soro est au contact des populations pour dit-il, s'enquerir de la réalité de leur quotidien. Certains observateurs avancent d'ailleurs qu'il prend le poul de la situation en vue d'une éventuelle candidature à la présidentielle de 2020.



Articles les plus lus