Algérie : Flou sur la détention d’ Ali Haddad, l’ex-président du Patronat

Ali Haddad est dans le creux de la vague
Par Parfait Dagri
Publié le 16 avril 2019 à 11:10 | mis à jour le 16 avril 2019 à 14:47

Ali Haddad, l’ancien président de la Fédération des chefs d’entreprises (Fce), le patronat algérien reste dans les liens de la détention depuis son arrestation le 31 mars dernier.

Ali Haddad détenu à El Harrach

Il est avec plusieurs hommes d’affaires proches de l’ancien président Abdelaziz Bouteflika dans le viseur de la justice algérienne. L’ancien patron des patrons algérien, Ali Haddad est toujours en détention provisoire à la prison d’El Harrach en banlieue algérienne. Transféré dans une cellule individuelle de l’établissement carcéral depuis le 3 avril dernier, M. Haddad est accusé de détention illégale d’un second passeport. Selon Me Khaled Bourayou, l’avocat du milliardaire algérien qui s’est confié à des médias locaux cette détention est entaché de vices qui la rendent arbitraire et illégale.

Il a en outre évoqué des incompréhensions dans les détails de l’affaire concernant notamment les motifs de la détention de son client. « Qui poursuit Ali Haddad en justice ? Le ministère de l’Intérieur ? Est-il en prison à cause de la détention d’un faux passeport ? On ne sait même pas qui a déposé plainte contre Ali Haddad », a-t-il confier, assurant que la détention d’Haddad répond à un dessein politique plutôt qu’à autre chose. « Qui a actionné toute cette machine judiciaire ? Le patron de l’Armée, Gaïd Salah ? Comment peut-on emprisonner où interdire à ses citoyens algériens de quitter le territoire national sans un motif juridique explicite ? », s’est interrogé Me Bourayou.

Des révélations attendues

L’avocat d’ Ali Haddad a annoncé la tenue d’une conférence pour le samedi 20 avril prochain. Conférence à l’occasion de laquelle il entend faire des révélations sur l’affaire. L’homme d’affaires avait été interpellé le 31 mars 2019 au poste-frontière d’ Oum Teboul à la frontière tunisienne avec en sa possession un passeport britannique et des coupures en dollars et en euros, entre autres.

Il avait par la suite été mis à la disposition du Centre territorial de recherche et d’investigation avant d’être placé sous mandat de dépôt par le tribunal de Bir Mourad Rais, dans le sud d’ Alger.



Les commentaires
Prochainement disponible...
Articles les plus lus
01