Côte d'Ivoire: Colère après la nomination d'une nièce de Ouattara

La mannequin, Nina Kéita, nièce de Ouattara, nommée DGA de la Gestoci
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 18 juin 2019 à 15:00 | mis à jour le 18 juin 2019 à 15:00

La nomination de la mannequin, Nina Kéita, nièce du chef de l'État Alassane Ouattara en qualité de directrice générale adjointe (DGA) de la Société de Gestion des Stocks pétroliers de Côte d'Ivoire (Gestoci) est diversement appréciée par les internautes sur les réseaux sociaux. Titulaire d'un MBA de la Columbia Bussiness School aux États-Unis d'Amérique, cette trentenaire fut l'ancienne conseillère en communication du ministre Abourahmane Cissé, en charge du pétrole et des énergies renouvelables avant d'être bombardée par son oncle, directrice générale adjointe de l'entreprise en charge de la gestion du stock pétrolier ivoirien.

Une nièce de Ouattara nommée DGA de la GESTOCI, la toile s'embrase

La nomination de Nina Kéita, nièce du chef de l'État Alassane Ouattara en qualité de directrice générale adjointe de la Gestoci, a contribué à alimenter la polémique sur les réseaux sociaux ces derniers jours. Cette mannequin diplômée de la Columbia Business School aux Usa occupait, il y a peu la fonction de conseillère en communication de l'actuel ministre ivoirien du Pétrole Cissé Abdourahmane. La polémique qui fait suite à la promotion de cette trentenaire, se justifie, selon certaines appréciations par le "rattrapage ethnique" doublé du "népotisme", initiés par Alassane Ouattara depuis son accession à la tête de l'État Ivoirien. "Soit ! Mais elle est la nièce du président. En bon français on appelle ça du népotisme", soutient clairement un internaute. "Titulaire d'un MBA et c'est tout ? Tu sais combien d'étudiants titulaires d'un MBA il y a dans ce pays ?", s'interrogera un autre.

D'autres participants au débat, plus réalistes, se poseront la question de savoir si cette jeune ivoirienne a en possession, les compétences requises, devant lui permettre d'assurer pleinement cette tâche hautement technique. "Le problème ne situe pas à ce niveau quoique cela puisse prêter à interprétation et friser le népotisme, nous savons que cette nièce de Ouattara vient d'être nommée à un poste hautement technique qui requiert certaines connaissances et compétences spécifiques aux hydrocarbures", introduit G.E.A l'un des participants.

Avant de poursuivre: "Or, elle est spécialisée en communication institutionnelle. Là il s'agit d'hydrocarbures. Et en tant que DGA, elle doit être une technicienne avec des connaissances et compétences avérées en matière d'hydrocarbures et produits dérivés". Alors la question est de savoir si son profil (formation et parcours professionnel) correspond à sa nomination ?", dira-t-il.

Il sera soutenu dans sa démarche par un autre internaute qui répond aux initiaux de A.D. "Certains sont choqués que "la nièce" du président soit nommée comme directrice adjointe sans même prendre la peine de voir si elle est compétente où non ?


Plus loin, P.K.K, qui a également participé aux échanges, prendra à contre-pieds, l’opinion soutenue par ses interlocuteurs. À l'en croire, il est inutile de tourner au tour du sujet, la nomination de Nina Kéita pour lui, est purement une affaire de ''népotisme et de rattrapage". "C'est tout simplement de la mauvaise gouvernance. Et tout ceci quand on s'enorgueillit d'être un "produit" du FMI", dira-t-il du président Ouattara.