Huawei menace de s’en prendre aux travailleurs américains

Les sanctions imposées par Donald Trump à Huawei auront des répercussions sur les emplois de nombreux Américains.

Huawei va s'en prendre à ses employés aux USA
Par Ange Atangana
Publié le 19 juillet 2019 à 15:32 | mis à jour le 19 juillet 2019 à 15:32

Selon le Wall Street Journal, Huawei compte supprimer plusieurs postes aux Etats-Unis. Ceci pour faire pression sur l’administration Trump qui a interdit ses activités sur le territoire américain.

Huawei s’apprête à supprimer des centaines de postes aux Etats-Unis.

Interdit sur le territoire américain depuis mai, le géant chinois Huawei s’apprête à porter un coup à l’administration américaine. D’après le Wall Street journal, le groupe basé à Shenzhen compte supprimer des centaines d’emplois aux Etats-Unis.

Selon le journal, 850 personnes risquent de perdre leurs postes aux Etats-Unis où l’entreprise à des locaux au Texas, en Californie et dans l’Etat de Washington. Ces licenciements devraient toucher les travailleurs de Futurewei Technologies, filiale américaine de recherche et développement de Huawei. Pour limiter la casse, l'entreprise aurait proposé à certains de ses employés, notamment chinois de rentrer travailler en Chine pour garder leurs emplois.

Pour rappel, un décret du président américain Donald Trump interdit les activités de Huawei aux Etats-Unis. Il reproche au constructeur chinois d’espionner la technologie américaine au profit de Pékin. Par cette mesure, l’administration américaine veut également mettre le géant chinois de côté pour le déploiement du réseau 5G aux Etats-Unis. Un domaine où il fait ses preuves, étant sollicité à Monaco ou encore au Royaume-Uni où il est sous contrat avec de nombreux opérateurs britanniques désireux de se procurer cette technologie.


Face à l’intransigeance de l’administration américaine, Huawei a déjà entrepris bon nombre de mesures, et même en justice. L’entreprise accuse le gouvernement américain de détenir illégalement son matériel alors que celui-ci ne représente pas une menace pour la sécurité américaine.






Articles les plus lus