Présidentielle 2020: Hamed Bakayoko exclu des candidatures du RHDP

Hamed Bakayoko écarté de la présidentielle 2020
Par K. Richard Kouassi
Publié le 01 octobre 2019 à 17:54 | mis à jour le 01 octobre 2019 à 18:46

Hamed Bakayoko fait partie des personnalités politiques qui montent en puissance auprès d' Alassane Ouattara. Le ministre d'État, ministre de la Défense, a réussi à intégrer le cercle très restreint du président ivoirien, au point d'être vu par certains comme l'homme des médiations. Ce statut de privilégié, peut-il faire de Hambak (surnom donné au maire de la commune d'Abobo) un candidat à la succession du chef de l'État en octobre 2020 ?

Hamed Bakayoko, une "option" pour le RHDP

Hamed Bakayoko est sans contexte l'un des politiciens ivoiriens les plus puissants. L'ancien journaliste a su se montrer disposé à défendre la cause d'Alassane Ouattara contre vents et marées. Il intègre le gouvernement ivoirien en 2003, à la faveur de la rébellion de 2002 qui a divisé la Côte d'Ivoire en deux. Sur recommandation de Guillaume Soro, l'homme est nommé ministre des Nouvelles technologies de l'information et de la communication. Très vite, Hamed Bakayoko s'impose. Lorsqu' Alassane Ouattara parvient au pouvoir en 2011, il n'hésite pas à nommer Hambak ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur et de la Sécurité. Ce dernier demeure à ce poste pendant six ans.

Mercredi 19 juillet 2017, Alassane Ouattara donne un coup de balai au sein de son gouvernement. Hamed Bakayoko accède au poste de ministre d'État, ministre de la Défense (le seul Ministre d'Etat). Il remplaçait ainsi Alain-Richard Donwahi, obligé de se consoler avec le ministère des Eaux et Forêts. Véritable personnalité de poids au sein du Rassemblement des républicains (RDR), Hamed Bakayoko a été appelé à la rescousse quand la commune populaire d'Abobo semblait échapper au parti de Ouattara lors des municipales du 13 octobre 2018. C'est lui qui a été choisi par le président ivoirien pour affronter Koné Tehfour, un proche de Guillaume Soro. "L'homme de mission" a tiré son épingle du jeu en parvenant à se faire élire dans la commune la plus peuplée d'Abidjan.

Le 26 janvier 2019, lors du premier congrès ordinaire du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), Alassane Ouattara a rendu un vibrant hommage à son ministre de la Défense. "Hamed Bakayoko a été le premier prisonnier politique de ce pays, dès ma démission et mon départ aux USA. Hamed a été jeté en prison à cause de son attachement à la démocratie et à ma personne", avait-il clamé au stade Félix Houphouët-Boigny.


À l'approche de la présentielle, des langues se délient pour affirmer qu' Hamed Bakayoko pourrait faire un bon remplaçant de Ouattara. Cependant, Adama Bictogo préfère être clair sur la question. Au cours d'une interview accordée à Jeune Afrique, l'ex-ministre ivoirien de l'Intégration africaine, interrogé sur une probable candidature de Hambak, a répondu ceci : "Pour l'heure, le Premier ministre (Amadou Gon Coulibaly, NDLR) et le président (Alassane Ouattara, NDLR) font partie des options." Ce qui voudrait clairement dire que la candidature d' Hamed Bakayoko n'est pas à l'ordre du jour.