Situation sécuritaire: 4 éléments du CCDO arrêtés, les raisons

4 éléments du CCDO mis aux arrêts
Par David Yala
Publié le 31 octobre 2019 à 12:16 | mis à jour le 31 octobre 2019 à 12:16

Quatre éléments du Centre de coordination des opérations décisionnelles (CCDO) ont été mis aux arrêts sur ordre du commissaire du gouvernement, le contre-amiral Ange Bernard Kessi.

4 éléments du CCDO mis aux arrêts

Alorsque le rôle qui est le leur, est la sécurisation des biens et des personnes, 4 éléments du CCDO se sont rendus coupables de graves dérives dans l’exercice de leurs fonctions. Selon des sources proches du Tribunal militaire d’Abidjan (TMA), ces éléments des Forces de l’ordre ont été arrêtés pour arrestation illégale, séquestration, menace de mort, extorsion de fonds portant sur la somme de 100000 FCFA, extorsion de signature et violation de consignes. Il s’agit d’une affaire qui oppose le pasteur HD au nommé BE.

Ce pasteur qui a des connaissances au sein du CCDO, les saisit personnellement pour se rendre justice. Ces militaires se rendent chez le septuagénaire en cause, le "kidnappe" et le déporte dans un lieu inconnu dans les environs du CHU d'Angré loin des regards indiscrets plutôt que de le conduire dans une brigade ou un commissariat de police. En cet endroit, les agents du CCDO soutiennent agir sous les ordres du pasteur HD et le maintiennent pendant plus de 4h. Ensuite, ils intiment l'ordre au vieil homme BE de leur verser 100000 CFA s'il souhaite recouvrer la liberté.

Épuisé et n'ayant aucun sou en sa possession, le septuagénaire leur suggère un transfert d'argent via un opérateur mobile. Ces "super-justiciers" refusent et exigent un payement en espèces sonnantes et trébuchantes. Exténué, le vieux fait appel à son frère BS. Ce dernier lui fixe un rendez-vous dans une banque de la place. Ces 6 éléments solidement "liés" à ce montant s'y rendent avec le vieux. BS fait le retrait et leur remet les 100 000 FCFA afin de rendre la liberté à son frère.
En possession de cette somme, ils détiennent toujours le vieux qu'ils conduisent chez le pasteur HD à bord du véhicule de patrouille CCDO.


À leur arrivée chez l'Homme de Dieu, ces "6 justiciers" font signer une reconnaissance de dette au vieux BE afin de s'acquitter au plus tard le 04 novembre 2019 des 2 millions de FCFA qu'il devrait au pasteur HD non sans également confisquer son véhicule 4*4, faisant de cette affaire, une affaire personnelle.
Relâché, le septuagénaire désemparé et affaibli par un récent AVC se rend au Tribunal Militaire d'Abidjan et confie son sort au Commissaire du Gouvernement.

Le Contre-amiral Ange Kessi est très remonté contre ce comportement indigne qui ne fait aucunement honneur aux forces de défense et de sécurité.
« Comment se fait-il que vos chefs ne soient-ils pas au courant de l'acte que vous avez posé ? Était-ce votre mission ce jour-là ? », interroge le procureur militaire, qui a sommé les soldats indélicats de rembourser les 100000 FCFA. Ce qui fut fait sur le champ. Mais ces éléments du CCDO ont été arrêtés et déférés à la Maison d’arrêt militaire d’Abidjan (MAMA).


Les 2 autres sont recherchés par la gendarmerie.
Comme l'a déclaré le chef du parquet militaire lors de son point de presse du 22 octobre 2019, désormais les chefs devront s'expliquer sur les comportements de leurs hommes en mission sur le terrain. « Comment ces 6 éléments du CCDO ont-ils pu se comporter d'une si sinistre manière sans que leurs chefs ne soient au courant? », a-t-il questionné.



Facebook
Twitter
email
Whatsapp