Côte d’Ivoire: Violée dès l’âge de 5 ans, elle témoigne 37 ans après

Par David Yala | Publié le 28 novembre 2019 à 16:43 | mis à jour le 28 novembre 2019 à 16:43

Les viols d’enfants sont devenus récurrents depuis quelques jours en Côte d’Ivoire.

Viols d'enfants: Des témoignages effroyables

Dans le mois de septembre 2019, le viol d’une fillette de 3 ans, dans le village de Boré-Ettienkro – à 25 km de Dimbokro, a suscité la colère de plus d’un. La petite Bouassa Ahou Océane avait été enlevée, violée et abandonnée dans la broussaille par un individu non identifié. La victime avait été transférée au CHU de Cocody à Abidjan, mais avait succombé des suites de ce viol atroce.

Son décès est survenu alors que la ministre en charge de l’Enfant, Ramata Bakayoko-Ly, s’était rendue auprès de la mère de la victime pour lui apporter le soutien du gouvernement et prendre des nouvelles de la victime. “Nous appelons à la vigilance et à l’implication de tous pour la protection des enfants, car c’est eux l’avenir de la Côte d’Ivoire, et dans la lutte contre les violences basées sur le genre”, avait déclaré Ramata Bakayoko-Ly.

Les jours suivants, plusieurs dizaines de personnes ont marché à Abidjan pour dénoncer la mort de la fillette âgée de seulement trois ans. Afrique-sur7 a mené ses enquêtes et vous relate dans le reportage qui suit des témoignages effroyables de cas de viols d’enfants commis soit par le père de la victime soit par des personnes dans l’entourage familial.