Braquage mortel sur l'axe Bonoua-Aboisso: 334 millions FCFA dérobés

L'attaque en pleine journée d'un véhicule fourgon de Brinks sur la route Bonoua-Aboisso fait un mort et des blessés
Par David Yala
Publié le 17 septembre 2020 à 01:50 | mis à jour le 17 septembre 2020 à 01:50

Un braquage spectaculaire sur l'axe Bonoua - Aboisso, ayant eu lieu le mercredi 16 septembre 2020, a été lourd de conséquences sur le plan humain, matériel et financier.

L'attaque en pleine journée d'un véhicule fourgon de Brinks sur la route Bonoua-Aboisso fait un mort et des blessés

La Côte d’Ivoire connaît quelques moments de troubles socio-politiques depuis l'annonce de la candidature du chef de l’Etat sortant, Alassane Ouattara, à l'élection présidentielle d'octobre prochain. Depuis cette période, plus précisément le 06 août dernier, plusieurs villes du pays sont en proie à des manifestations, parfois violentes contre cette candidature jugée illégale par l'opposition.

La ville de Bonoua qui a déjà connu de chauds moments marqués par le saccage du Commissariat de Police et l'incendie d'une compagnie de transport, est devenue l'épicentre de la contestation. Et c'est justement ces occasions de ni paix ni guerre dont raffolent les personnes sans foi ni loi pour s'adonner à leurs jeux favoris.

Ce mercredi 16 septembre 2020 en effet, l'attaque d'un convoi de fonds a été sanglant. Selon des sources policières, le véhicule fourgon de la société de convoyage de fonds (Brinks) immatriculé 4954 HT 01 a été braqué au Pk 17 sur l'axe Bonoua - Aboisso.

Selon les témoignages des victimes, une dizaine d'individus armés de Kalachnikov ont barré la voie à l'aide d'un camion puis ont ouvert le feu sur le véhicule-fourgon. Les malfrats, après avoir dérobé la somme d'argent de 334 millions de francs CFA, se sont fondus dans la brousaille.

Le bilan de cette expédition est lourd. On dénombre 01 mort (chauffeur du camion) non encore identifié, et 02 blessés légers par balles admis à l'hôpital général de Bonoua (agents de Brinks); les nommés KONAN KOUASSI Désiré, 45 ans, ivoirien, et ADI Tanon Koné Gildas, 44 ans, ivoirien. Des enquêtes sont en cours pour tenter de retrouver les malfrats.


C'est le lieu d'exhorter les forces de l'ordre à redoubler d'efforts et de vigilance à l'approche de la présidentielle du 31 octobre, pour éviter que des individus mal intentionnés ne profitent des manifestations de mécontentement pour semer le trouble dans le pays.




Articles les plus lus