Violences électorales: Hamed Farras parle aux jeunes de Dabou

Hamed Farras appelle au calme
Par K. Richard Kouassi
Publié le 20 octobre 2020 à 11:17 | mis à jour le 20 octobre 2020 à 11:50

Dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux, Hamed Farras, artiste-chanteur ivoirien, est monté au créneau pour lancer un message de sensibilisation devant la montée de la violence à quelques jours de l'élection présidentielle. Le reggaeman s'est particulièrement adressé aux jeunes de la ville de Dabou, une ville située à quelques kilomètres d'Abidjan.

Violence à Dabou : Hamed Farras appelle au calme

La journée du lundi 19 octobre 2020 a été chaude à Dabou. En effet, la ville a été secouée par des affrontements. Le village Agneby a été attaqué par des individus non identifiés. Tout ceci intervient dans un contexte où les candidats à l'élection présidentielle: Henri Konan Bédié et Pascal Affi N'guessan, opposés à un 3e mandat d'Alassane Ouatara, ont appelé leurs militants au boycott actif du processus électoral en cours. Face à ce regain de violence, Cissé Hamed, plus connu sous le nom d'Hamed Farras n'a pas voulu se taire.

"Je voudrais parler aux jeunes de Dabou, toutes tendances confondues (...) Il va falloir se calmer. Il va falloir véritablement mettre balle à terre. Je ne veux pas rentrer dans les détails de qui a raison ou qui a tort. Tout ce que je demande à la population de Dabou, c'est de garder son calme", a conseillé Hamed Farras. Pour l'auteur de la célèbre chanson "Deni", "la politique, il faut la voir d'une autre manière".

Hamed Farras a invité les jeunes à arrêter d'ériger des barricades un peu partout. "Dabou n'est pas une terre de guerre. Nous sommes nés à Dabou. On a toujours vécu en bonne intelligence avec le peuple Adjoukrou. Alors de grâce, il ne faut pas laisser le politique faire de nous des ennemis parce qu'après les élections, il va falloir que l'on continue de vivre. S'il y a des problèmes, asseyez-vous et discutez", a ajouté Hamed Farras.


Il faut noter que le dimanche 18 octobre 2020, sous l'impulsion du conseil région des Grands ponts, le forum des confessions religieuses avait tenu à Dabou une prière oecuménique pour des élections apaisées dans le pays.




Articles les plus lus