Congo: Comme Ouattara, le PCT impose un nouveau mandat à Sassou Nguesso

Sassou Nguesso investi candidat du PCT pour la présidentielle de mars
Par Eugène SAHI
Publié le 12 January 2021 à 16:37 | mis à jour le 12 January 2021 à 16:38

Le président congolais Denis Sassou Nguesso, 78 ans, a été investi par ses partisans du Parti congolais du travail (PCT, parti au pouvoir) comme candidat à l’élection présidentielle de mars prochain.

Sassou N’Guesso investi candidat du PCT pour la présidentielle de mars 2021

A l’instar du RHDP d’Alassane Ouattara en Côte d’Ivoire en 2020, la décision est venue du Comité central de ce parti au pouvoir qui siégeait en session extraordinaire. Il a donné suite au verdict du comité d’investiture des candidats du PCT à ce scrutin. Sans surprise, Sassou NGuesso, seul en lice, a été retenu pour porter l’étendard du PCT à l’élection présidentielle.

« Le Comité central demande au camarade Denis Sassou Nguesso de faire acte de candidature à l’élection présidentielle de mars 2021 (…) et lui assure de son soutien moral, matériel et financier », a Mme Ayissou Gayama, membre du comité central du PCT. A 78 ans, dont 39 passés à la tête du Congo, Sassou NGuesso n’a toujours pas donné suite à tous ces appels faits par ses partisans à son endroit. Le congrès du parti tenu en décembre 2019 l’avait déjà choisi comme son « candidat naturel », alors qu’en décembre 2020, 17 formations de la majorité présidentielle faisaient à nouveau écho de cet appel à candidature.

Esther Gayama Ahissou qui lisait la déclarait du parti, a appelé "les militants et sympathisants du PCT à donner leurs suffrages au candidat Denis Sassou NGuesso dès le premier tour de l’élection présidentielle de mars 2021".

La victoire du camarade président Denis Sassou Nguesso, un impératif

Mais, à l’opposition, l’investiture de Denis Sassou Nguesso est le moindre de ses soucis. Elle continue en effet de réclamer un processus électoral démocratique et transparent. "Nous demandons au président Sassou qui a été investi par son parti de changer de logiciel. Ce qu’ils font, c’est une honte, parce que tout le monde sait que les élections ne seront pas transparentes", a dénoncé le président de ‘Unis pour le Congo’, Paulin Makaya qui accuse le PCT "de vouloir s’imposer par la force".

Pour Patrick Erick Mampouya du parti MUST, le peuple congolais se prépare à passer cinq autres années difficiles. "Je suis triste et peiné de voir que c’est encore cinq ans de perdu", a-t-il déploré. La révision des listes électorales en vue de la présidentielle a démarré timidement jeudi et sera close le 16 février. « La victoire du camarade président Denis Sassou Nguesso à l’élection présidentielle constitue pour le PCT un impératif catégorique. Nous avons les moyens d’y parvenir », a déclaré Pierre Moussa, secrétaire général du PCT.




Afficher les commentaires
Articles les plus lus