L' ambassadeur du Cameroun crache ses vérités à la France

L' ambassadeur du Cameroun en France en colère
Par K. Richard Kouassi
Publié le 13 janvier 2021 à 18:57 | mis à jour le 13 janvier 2021 à 18:57

L' ambassadeur du Cameroun en France est très remonté contre la France. Son Excellence André-Magnus Ekoumou dénonce une campagne d'affichage "sauvage et malveillante" menée contre son pays. Il a fait savoir son mécontentement dans un communiqué rendu public le mardi 12 janvier 2021.

L' ambassadeur du Cameroun en France en colère

André-Magnus Ekoumou n'est pas du tout content. L' ambassadeur du Cameroun en France n'apprécie pas la campagne d'affichage "sauvage et malveillante" qui vise son pays. Il accuse les militants d'un parti politique français de "ternir l'image de marque du Cameroun et de son chef, le président Paul Biya".

"L'ambassade du Cameroun en France porte à la connaissance de l'opinion publique qu'une campagne sauvage et malveillante se déroule depuis un mois environ dans certains endroits de la capitale française et de l'Île de France en général", peut-on lire dans la note.

L' ambassadeur du Cameroun s'insurge contre ces agissements qui ont lieu au moment où le pays de Paul Biya se prépare à accueillir le Championnat d'Afrique de football. Il précise que cette campagne intervient dans un contexte politique difficile. En effet, le Cameroun est secoué par une double crise "provoquée par les obscurantistes terroristes de Boko Haram et les velléités irrédentistes des bandits sécessionnistes".

André-Magnus Ekoumou appelle à la préservation de la crédibilité et la respectabilité de l’image du Cameroun sur l’espace public international. Toutefois, l'ambassade du Cameroun saisit l'occasion pour réitérer son message d'apaisement et de rassemblement, non sans rassurer toute la grande communauté camerounaise de France à propos de sa détermination à poursuivre des actions visant à améliorer l'accueil des usagers et le service public, au niveau du Consulat général du Cameroun à Paris et Consulat du Cameroun à Marseille.







Articles les plus lus